La Belgique affrontera la Russie et le Danemark à l’Euro: qui sera le troisième adversaire des Diables?

@News
@News

C’est avec bien peu de choses à découvrir que Roberto Martinez se déplacera au tirage de l’Euro 2020 qui se tiendra le 30 novembre à Bucarest, en Roumanie. En effet, après les résultats de la dernière journée de qualifications disputée mardi, les Diables rouges sont assurés de tomber dans le groupe B, en compagnie de la Russie et du Danemark. Rappel : tous les pays hôtes qualifiés pour l’Euro joueront à domicile (l’Italie à Rome, l’Angleterre à Londres, etc.). Dans le chapeau 1 (six équipes), seules l’Ukraine et la Belgique ne sont pas des nations hôtes et doivent donc se partager entre les deux groupes restants. Les Ukrainiens ne pouvant pas affronter la Russie dans le groupe B pour des raisons politiques, la Belgique y sera donc placée.

Elle y affrontera également le Danemark, qualifié lundi soir, qui recevra les Diables rouges à Copenhague. L’horaire des rencontres sera encore à définir lors du tirage.

Le troisième adversaire de la Belgique n’est pas encore connu, mais il s’agira soit de la Finlande, soit du pays de Galles. Les Diables rouges ne pourront en effet pas rencontrer un éventuel vainqueur de barrage puisqu’il y réside encore quatre pays hôtes (Écosse, Hongrie, Roumanie, Irlande) qui seront par ailleurs placés dans trois « chemins » de barrage. Ces barragistes seront liés à un groupe où se situe leur ville. La Belgique aurait pu affronter le vainqueur du barrage de la Ligue D, mais depuis fin octobre, l’UEFA a modifié son règlement pour que le Kosovo ne puisse plus affronter la Russie, qui n’a jamais reconnu l’indépendance de la nation kosovare.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain: des différences importantes selon les régions

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • France: les premières leçons d’une révolte sociale

    Jeudi, grande manifestation syndicale contre la réforme des retraites : énorme succès.

    Samedi, trente manifestations de « gilets jaunes » dans la foulée de cette révolte sociale : énorme bide.

    Spectaculaire retournement de situation. Il y a encore quelques mois, il était de bon ton de gloser sur le fait que le mouvement « gilet jaune » avait ringardisé et marginalisé le mouvement syndical. Le verdict est tombé.

    Arnaque médiatique

    En vérité, nous avons été victimes d’une énorme arnaque médiatique (on reconnaîtra que j’ai tenté, sans succès, de la démystifier).

    Jeudi donc, près d’un million de citoyennes et de citoyens ont défilé dans toute la France.

    Au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », ils furent 300.000. Or, à l’époque...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite