Six cinémas français enlèvent «J’accuse» de leur programme

Six cinémas français enlèvent «J’accuse» de leur programme
Photo News

La collectivité Est Ensemble, qui regroupe neuf communes de Seine-Saint-Denis, a décidé de « déprogrammer » de ses six cinémas publics le film « J’accuse » de Roman Polanski, visé par une nouvelle accusation de viol, a-t-elle annoncé mardi.

« Après un débat que j’ai souhaité en conseil de territoire » sur la programmation du film, « j’ai décidé à l’écoute des interventions de déprogrammer ce film des cinémas publics d’Est Ensemble », a tweeté mercredi soir Gérard Cosme, président PS de cet établissement public territorial (EPT), qui compte notamment les villes de Montreuil, Pantin, Romainville ou Bobigny.

Plusieurs élus, de droite comme de gauche, sont intervenus lors de cette réunion pour plaider en faveur d’une déprogrammation, a précisé Est Ensemble à l’AFP. « Aucun élu n’a pris la parole pour défendre une position inverse », a assuré la collectivité.

Au vu de ces interventions, Gérard Cosme va recevoir mercredi matin les directeurs des cinémas concernés pour leur présenter la « position du conseil ». Les directeurs auront ensuite le choix d’appliquer ou non cette décision, a précisé l’EPT.

Avec six cinémas et 13 écrans, Est Ensemble est à la tête du « premier réseau de cinémas publics de France ».

« A titre personnel, je n’irai pas voir le film de Roman Polanski et j’appelle les spectateurs à faire de même », avait déjà déclaré Gérard Cosme dans un communiqué envoyé avant le conseil de territoire.

« Ce film sort dans un contexte dont on ne peut faire abstraction », avait-il ajouté en évoquant le mouvement #MeToo.

« La promotion d’un film dont le réalisateur est soupçonné de violences à caractère sexuel, ne fait que raviver pour les victimes les souffrances passées et doivent interroger notre société sur la place que l’on accorde à un tel artiste », avait-il ajouté.

Il avait cependant dit qu’il ne déprogrammerait pas le film, pour « laisser la liberté de programmation artistique aux directeurs des équipements. »

Samedi soir, une séance de « J’accuse » a été annulée à Rennes après l’intrusion dans une salle de cinéma de militantes féministes opposées au film.

Sur le même sujet
FranceRoman Polanski
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite