Roberto Martinez: «Cobbaut est dans la lignée de Vertonghen et Vermaelen»

Roberto Martinez avait effectué sept changements par rapport au match en Russie.
Roberto Martinez avait effectué sept changements par rapport au match en Russie. - News

Q

u’avez-vous appris de ce match ?

Cela a pris un peu de temps avant que chacun prenne ses repères. C’est un peu normal. Ils devaient apprendre à se connaître. Quand ils étaient dans le rythme, on a vu ce que cela pouvait apporter. Gagner 6-1 est une récompense. Le groupe a montré une excellente mentalité. Ils se sont battus durant chaque minute de cette campagne.

Qu’avez-vous pensé des joueurs qui recevaient une chance ?

Mignolet, ce n’est pas une surprise. Il est focalisé sur son boulot et sait se montrer professionnel. Elias Cobbaut a un futur incroyable. Il a un profil difficile à trouver. Il est dans la lignée de Vertonghen et Vermaelen et terminera sa carrière dans l’axe. Hans Vanaken a montré le même niveau que face à Saint-Marin. Yannick Carrasco s’est adapté à un rôle qu’il connaît parfaitement. Chaque fois qu’il vient en équipe nationale, il montre de l’envie et de l’attention. Il a connu une sannée compliqué car il a été un peu distrait avec un possible transfert et retour en Europe. Mais il voulait jouer et prouver sa valeur. Chez certains joueurs, tu sens que l’équipe nationale est l’endroit qu’il leur faut. Christian Benteke a ce style de target man, un vrai numéro neuf qui a été très efficace. Je suis également satisfait d’avoir vu Thorgan Hazard sur le côté droit. C’est une solution supplémentaire.

Vous n’avez plus qu’un rassemblement avant de faire votre sélection. Est-ce que les deux derniers matches vous ont permis de vous faire une idée plus précise ?

J’aurais voulu avoir plus de réponses pour faire ma sélection de 23. J’aéurais voulu voir que certains n’étaient pas prêts pour l’équipe nationale mais j’ai vu des joueurs qui maintenaient la qualité du groupe. Cela ne me facilite pas la tâche.

Quel est votre bilan de l’année 2019 ?

C’était une année fantastique. Dans un rassemblement, on a parfois perdu cinq ou six joueurs majeurs. Mais on a montré une mentalité toujours importante. Et je pense que l’on s’est amélioré.

Que pensez-vous du tirage au sort avec la Russie et le Danemark ?

À l’Euro, on va rencontrer deux équipes qui joueront à domicile. C’est le côté triste du tirage pour notre noyau qui mérite mieux. C’est dommage de ne pas jouer dans notre pays.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10838727-107

    La Une choquante du Corriere dello Sport sur Lukaku: gratuit et attiseur de haine

  2. B9721767720Z.1_20191130001105_000+G4NF11L67.2-0

    Philippe Close sur le chaos à Bruxelles: «Du monde dans le centre-ville? Une bonne nouvelle!»

  3. Image=d-20191022-3WTRV1_high

    Dossier «de la pergola»: le parquet renonce à poursuivre Stéphane Moreau et Bernard Thiry

La chronique
  • L’éclipse du soft power américain

    Samedi dernier, le New York Times a répondu sèchement au gouvernement chinois, qui avait traité de fake news les informations que le journal avait publiées sur la persécution des minorités musulmanes dans le Xinjiang, alors que ces révélations, accablantes, étaient fondées sur des documents internes du régime. Habituellement très pondéré, l’éditorialiste n’a pas hésité à faire le parallèle avec l’époque nazie, « lorsque Hitler parlait de la Lügenpresse, la presse menteuse, pour discréditer le journalisme indépendant ».

    Sa cible réelle, toutefois, était Donald Trump, accusé d’user et d’abuser de l’expression fake news pour vilipender les médias qui le dérangent, au risque de servir d’alibi aux régimes autoritaires qui verrouillent l’information. « Quand un président américain attaque la presse indépendante, les despotes s’empressent de l’imiter », notait le journal, en évoquant une kyrielle de pays, de la Russie au Burundi, qui ont trouvé dans le spectre des fake news une justification très commode de leurs attaques contre les médias...

    Lire la suite

  • La participation au secours de la démocratie

    La démocratie n’est plus une évidence. Accablée de toutes les impuissances du monde, elle ne s’impose plus comme un système légitime et efficace. Boucs émissaires : les élus, en lesquels les électeurs ont de moins en moins confiance. C’est donc la démocratie représentative qui semble en crise. Et la démocratie participative qui semble l’issue.

    Réconciliera-t-on le citoyen avec la politique en l’y intégrant ? C’est le pari de celles et ceux qui multiplient les initiatives de participation...

    Lire la suite