Neuf communes françaises veulent déprogrammer le film de Polanski «J’accuse» des cinémas

Neuf communes françaises veulent déprogrammer le film de Polanski «J’accuse» des cinémas
Belga

La collectivité Est Ensemble, qui regroupe neuf communes de Seine-Saint-Denis, a décidé de «déprogrammer» de ses six cinémas publics le film «J’accuse» de Roman Polanski, visé par une nouvelle accusation de viol, a-t-elle annoncé mardi.

«Après un débat que j’ai souhaité en conseil de territoire» sur la programmation du film, «j’ai décidé à l’écoute des interventions de déprogrammer ce film des cinémas publics d’Est Ensemble», a tweeté mercredi soir Gérard Cosme, président PS de cet établissement public territorial (EPT), qui compte notamment les villes de Montreuil, Pantin, Romainville ou Bobigny.

Plusieurs élus, de droite comme de gauche, sont intervenus lors de cette réunion pour plaider en faveur d’une déprogrammation, a précisé Est Ensemble à l’AFP. «Aucun élu n’a pris la parole pour défendre une position inverse», a assuré la collectivité.

Au vu de ces interventions, Gérard Cosme va recevoir mercredi matin les directeurs des cinémas concernés pour leur présenter la «position du conseil». Les directeurs auront ensuite le choix d’appliquer ou non cette décision, a précisé l’EPT.

Avec six cinémas et 13 écrans, Est Ensemble est à la tête du «premier réseau de cinémas publics de France». «A titre personnel, je n’irai pas voir le film de Roman Polanski et j’appelle les spectateurs à faire de même», avait déjà déclaré Gérard Cosme dans un communiqué envoyé avant le conseil de territoire.

«Ce film sort dans un contexte dont on ne peut faire abstraction», avait-il ajouté en évoquant le mouvement #MeToo. «La promotion d’un film dont le réalisateur est soupçonné de violences à caractère sexuel, ne fait que raviver pour les victimes les souffrances passées et doivent interroger notre société sur la place que l’on accorde à un tel artiste», avait-il ajouté.

Il avait cependant dit qu’il ne déprogrammerait pas le film, pour «laisser la liberté de programmation artistique aux directeurs des équipements.»

Samedi soir, une séance de «J’accuse» a été annulée à Rennes après l’intrusion dans une salle de cinéma de militantes féministes opposées au film.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Si ça avait marché avec John Barry, je serais encore là à faire couler son bain et chauffer sa soupe de tortue.
»

    Les Racines élémentaires de Jane Birkin: «J’étais devenue quelqu’un de célèbre sans grand mérite»

  2. BELGA

    Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

  3. Affublé d’une veste en cuir marron élimée, appuyé à un déambulateur, Harvey Weinstein semble un vieil homme que l’on dirait centenaire, alors qu’il affiche tout juste 67 ans au compteur. © Photo News.

    Il se passe toujours quelque chose au procès de Harvey Weinstein

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite