Donald Trump a bien demandé au président ukrainien d’enquêter sur les démocrates, selon l’ambassadeur américain à l’Union européenne

Donald Trump a bien demandé au président ukrainien d’enquêter sur les démocrates, selon l’ambassadeur américain à l’Union européenne
Photo News

Généreux donateur, diplomate et désormais personnage central dans l’enquête visant Donald Trump : Gordon Sondland livre mercredi au Congrès un témoignage public qui se révèle accablant pour le président américain menacé de destitution, dont il est pourtant un fervent partisan.

Lors de son audition, l’ambassadeur Sondland a expliqué qu’il avait travaillé avec Rudy Giuliani, l’avocat personnel de Donald Trump, afin de mettre la pression sur l’Ukraine pour enquêter sur les Démocrates, « à la demande express du président ». L’ambassadeur, un proche du président, avait « conclu » que l’attribution d’une aide militaire destinée à Kiev était aussi liée à l’ouverture de ces enquêtes et l’avait dit à des responsables ukrainiens, a-t-il précisé, selon une copie de ses propos liminaires transmise à l’AFP avant le début de l’audience.

Il précise que Mike Pence et Mike Pompeo étaient au courant de la campagne de pression sur l’Ukraine.

L’ambassadeur se trouvait au centre d’une diplomatie parallèle avec l’Ukraine, mise en place par l’avocat personnel de Donald Trump, Rudy Giuliani, et qui ne répond qu’au milliardaire républicain. Avec l’envoyé américain pour l’Ukraine, Kurt Volker, et le ministre américain de l’Energie Rick Perry, Gordon Sondland forme un trio qui se surnomme les « Three Amigos », du nom d’une comédie potache des années 1980. Leur mission : pousser l’Ukraine à enquêter sur des soupçons de corruption visant une grande société gazière locale, Burisma, et indirectement sur Joe Biden, possible adversaire démocrate de Donald Trump lors de la présidentielle de 2020.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain: des différences importantes selon les régions

  2. Sven Gatz ne voit pas le Multilinguisme comme un lot de consolation. Bien au contraire. «
Je voulais ce portefeuille
!
»

    Sven Gatz au «Soir»: «Bruxelles est une Région trilingue, multilingue»

  3. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

La chronique
  • France: les premières leçons d’une révolte sociale

    Jeudi, grande manifestation syndicale contre la réforme des retraites : énorme succès.

    Samedi, trente manifestations de « gilets jaunes » dans la foulée de cette révolte sociale : énorme bide.

    Spectaculaire retournement de situation. Il y a encore quelques mois, il était de bon ton de gloser sur le fait que le mouvement « gilet jaune » avait ringardisé et marginalisé le mouvement syndical. Le verdict est tombé.

    Arnaque médiatique

    En vérité, nous avons été victimes d’une énorme arnaque médiatique (on reconnaîtra que j’ai tenté, sans succès, de la démystifier).

    Jeudi donc, près d’un million de citoyennes et de citoyens ont défilé dans toute la France.

    Au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », ils furent 300.000. Or, à l’époque...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite