La chocolaterie Belvas va créer une usine de transformation équitable en Côte d'Ivoire

La Côte d'Ivoire est le premier producteur de cacao dans le monde mais reste l'un des pays les plus pauvres et beaucoup de producteurs y vivent sous le seuil de pauvreté. "D'un point de vue social, les deux problèmes majeurs sont le travail des enfants et les inégalités des conditions de travail des femmes. (...) En matière d'environnement, de nombreux pesticides et fertilisants sont utilisés sur les cacaoyers pour améliorer les rendements de production. La déforestation est aussi pratiquée très souvent", rappellent Belvas et Lita.co sur le site de crowdfunding.

Actuellement, Belvas et ses 28 employés transforment le cacao dans une usine de production située à Ghislenghien. Mais la chocolaterie voudrait accroître son impact sur la qualité de vie des producteurs en installant une usine en Côte d'Ivoire. Celle-ci permettra "de transformer le cacao directement sur place. Cela signifie que les volumes transportés seront réduits de moitié, les fèves ne seront pas traitées par des produits chimiques et les résidus de la transformation pourront être utilisés comme fertilisant dans les plantations", explique Belvas. De plus, la PME a mis en place un programme intitulé "Direct cacao program" dont l'objectif est de convertir les producteurs de cacao à la culture bio.

Une opération de levée de fonds a été lancée samedi sur Lita.co, avec comme objectif de récolter 150.000 euros sous forme d'obligations avec un taux d'intérêt annuel de 4% pendant quatre ans. En moins de 36 heures, 100.000 euros avaient déjà été collectés. "Ce n'est pas la première fois que les citoyens se mobilisent si rapidement sur Lita.co, mais cela n'arrive pas très souvent", souligne la responsable des opérations, Céline Bouton.

L'usine en Côte d'Ivoire "va permettre à près de 200 familles de vendre leur cacao au prix juste, de favoriser une nouvelle activité dans le pays et de créer cinq emplois dont trois sont des femmes", applaudit Belvas.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  2. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

  3. Pour les signataires, il faut que tout le monde, à tout âge, bénéficie d’une Education à la vie relationnelle, affective et sexuelle (Evras) neutre et complète pour leur permettre de vivre une sexualité responsable. © Thomas Van Ass.

    Avortement: 1.500 professionnels de la santé soutiennent la réforme

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite