Droits de l’enfant: Bernard De Vos demande l’adoption d’une législation «anti-fessée»

Droits de l’enfant: Bernard De Vos demande l’adoption d’une législation «anti-fessée»
Mathieu Golinvaux

Le délégué général aux droits de l’enfant, Bernard De Vos, a plaidé mercredi pour l’adoption rapide en Fédération Wallonie-Bruxelles d’une législation contre les violences éducatives, à savoir ces fessées et autres claques parfois infligées par les parents à leurs enfants.

A l’occasion de la présentation de son rapport annuel d’activités devant le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Bernard De Vos a rappelé aux députés que la Belgique faisait figure de pays particulièrement en retard en la matière. « De nombreux pays ont pris des législations contraignantes pour aller vers le respect intégral des enfants », a-t-il souligné. Pour Bernard De Vos, l’objet de cette législation ne devrait toutefois pas de stigmatiser les parents, mais au contraire de défendre, par diverses campagnes, « l’éducation non-violente et bienveillante ».

La France a définitivement adopté l’été dernier une législation contre les violences éducatives ordinaires, un texte essentiellement à valeur pédagogique visant à responsabiliser les parents et protéger les enfants. Il insère notamment au code civil français une mention qui est dorénavant lue lors des mariages, laquelle stipule que « l’autorité parentale s’exerce sans violences physiques ou psychologiques ». La phrase est aussi inscrite à présent à la première page des carnets de santé délivrés aux jeunes Français.

Plus d’une cinquantaine de pays se sont déjà dotés de pareille législation, en majorité dans l’Union européenne. La Suède fut la pionnière en la matière, et ce dès 1979.

« Les droits de l’enfant, ce sont les devoirs des adultes »

Dans une allocution qui coïncidait avec le trentième anniversaire de la Convention des droits de l’enfant, Bernard De Vos a rappelé les progrès qui devaient encore être accomplis chez nous en la matière, pointant notamment la faible disponibilité de places dans les crèches, ou encore la gratuité scolaire qui n’est toujours pas une réalité en Wallonie et à Bruxelles.

Le délégué général a aussi pressé les autorités publiques à en faire davantage pour lutter contre la pauvreté infantile, un phénomène en progression ces dernières années. Selon des statistiques récentes, un enfant sur quatre en Wallonie vit sous le seuil de pauvreté, un chiffre qui atteint même 40 % en Région Bruxelles-Capitale. « Les droits de l’enfant, ce sont les devoirs des adultes », a-t-il résumé devant les députés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20161121-GC9521 2020-01-18 14:54:13

    Emir Kir exclu du PS: les conséquences au fédéral et à Saint-Josse

  2. Les CPAS des grandes villes continuent à délivrer de nombreuses aides parce que la pauvreté s’y concentre.

    Quand les CPAS wallons aggravent la précarité

  3. Aux yeux de la Reine, la seule solution possible à la crise provoquée par la décision du couple de renoncer aux obligations royales était une séparation brutale mais claire.

    Epilogue Harry-Meghan: la Reine, William et Kate sont les grands gagnants

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite