Congrès du PPE: Donald Tusk déclare la guerre aux «populistes» et aux «autocrates»

Congrès du PPE: Donald Tusk déclare la guerre aux «populistes» et aux «autocrates»
EPA

Le président du Conseil européen Donald Tusk a lancé une attaque en règle contre les « autocrates » et les « populistes » mercredi à Zagreb où il s’apprête à prendre la tête de la droite européenne.

L’ancien Premier ministre polonais est l’unique candidat à la présidence du PPE, la plus importante formation du Parlement européen, alors que les dernières élections en mai ont montré une érosion des deux grands partis traditionnels, PPE et sociaux-démocrates, au profit des Libéraux, des Verts ou de l’extrême droite et des populistes. « En aucun cas, nous ne pouvons abandonner la sphère de la sécurité et de l’ordre aux populistes politiques, aux manipulateurs et aux autocrates qui font croire aux gens que la liberté n’est pas compatible avec la sécurité », a martelé Donald Tusk.

Dans une attaque à peine voilée contre le Premier ministre hongrois Viktor Orban, il a évoqué la crise des migrants de 2015 et l’accord conclu entre l’UE et la Turquie pour réduire les flux migratoires après des « centaines d’heures de négociations ». Cependant « quelqu’un d’autre a également travaillé dur, mais seulement pour défendre sa façon de présenter les choses, érigeant une clôture et des panneaux avec de la propagande anti-immigration », a-t-il dit.

2.000 participants au congrès du PPE

Les rapports entre le parti Fidesz du dirigeant hongrois et le PPE ont été tendus ces derniers mois. Après ses déclarations populistes et campagnes anti-Bruxelles, le PPE a suspendu en mars cette formation dont certains réclamaient l’exclusion pure et simple. La Hongrie avait construit en 2015 une clôture partiellement électrifiée le long de ses frontières pour pour barrer la route des migrants. Depuis lors, Budapest n’a cessé de durcir la législation anti-immigration, au prix d’un antagonisme croissant avec les institutions européennes.

« Nous ne sacrifierons pas des valeurs comme les libertés civiques, l’état de droit et la décence dans la vie publique sur l’autel de l’ordre et de la sécurité », a poursuivi M. Tusk. « Rassemblons-nous tous ensemble sur ce terrain de bataille politique très important, d’un côté les partis du populisme irresponsable et de l’autre, notre parti de la popularité responsable », a-t-il conclu.

Le congrès du PPE réunit mercredi et jeudi dans la capitale croate 2.000 participants, dont la chancelière allemande Angela Merkel et sa compatriote Ursula von der Leyen, présidente élue de la Commission européenne. Ils doivent discuter en particulier de l’élargissement du bloc aux Balkans occidentaux, un mois après que l’Union européenne, sous l’impulsion de la France, a refusé d’ouvrir des négociations d’adhésion avec la Macédoine du Nord et l’Albanie.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Il y a un an, Charles Michel remettait sa démission au Roi

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite