Israël: Benny Gantz informe le président qu’il ne peut former un gouvernement

Israël: Benny Gantz informe le président qu’il ne peut former un gouvernement
EPA

Le rival du Premier ministre Benjamin Netanyahu, Benny Gantz, a annoncé mercredi soir au président israélien être dans l’incapacité de former un gouvernement d’union, rapprochant ainsi Israël de nouvelles élections. « J’ai soulevé chaque pierre pour tenter de former un gouvernement d’union nationale », a déclaré M. Gantz lors d’une conférence de presse avoir annoncé au président Reuven Rivlin être « incapable de former un gouvernement ».

Les élections législatives de septembre n’avaient pas réussi à départager clairement MM. Netanyahu, Premier ministre sortant, et Gantz, qui n’avaient pas les appuis nécessaires, avec leurs alliés respectifs, pour revendiquer une majorité parlementaire.

Le président Reuven Rivlin avait d’abord mandaté Benjamin Netanyahu, au pouvoir depuis 2009, pour former un gouvernement. Mais M. Netanyahu, à la tête d’un bloc de droite et religieux comptant 54 députés, n’est pas parvenu à rallier suffisamment de voix pour atteindre le seuil de majorité au Parlement (61).

Le président s’est donc tourné vers Benny Gantz, confronté à une mission que certains jugeaient impossible, pour éviter une troisième élection en moins d’un an. Ce dernier, leader du parti « Bleu-blanc » (centre), avait jusqu’à 23H59 (22H59 à Bruxelles) mercredi pour parvenir à former un gouvernement de coalition.

« Je me suis heurté à un mur »

Mais M. Gantz n’a pas réussi à convaincre Avigdor Lieberman, chef d’un parti non aligné, Israel Beitenou, de le rejoindre dans une coalition, ni Benjamin Netanyahu à partager ensemble le pouvoir dans un système de rotation. « Je me suis heurté à un mur composé des perdants (des élections) qui ont tout fait pour empêcher les citoyens israéliens de bénéficier d’un gouvernement sous ma direction », a déclaré M. Gantz.

« Netanyahu a privilégié ses intérêts personnels (…) et doit se rappeler que nous sommes encore en démocratie et que la majorité du peuple a voté pour une politique différente de la sienne », a ajouté Benny Gantz. « Le peuple ne peut pas être otage d’une minorité extrémiste », a fait valoir l’ex-militaire qui cherchait à former un gouvernement d’union « libéral ».

Devant l’impasse, le président Rivlin peut désormais donner trois semaines aux députés de la Knesset, le Parlement israélien, pour lui proposer des noms d’élus susceptibles de réussir là où les deux grands chefs de parti ont échoué. Si, au terme de cet éventuel nouveau délai, aucune personnalité politique ne parvient à s’imposer à la tête du gouvernement, Israël retournera aux urnes… pour une troisième fois en moins d’un an.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
On ne peut pas multiplier les politiques et les priorités à couvrir et réduire le budget à y consacrer
», insiste Olivier Chastel.

    Le Parlement européen veut 60 milliards de plus pour le climat, selon Olivier Chastel

  2. d-20190131-3R0NN6 2019-11-05 20:59:31

    L’élève francophone prend souvent du retard, mais la situation s’améliore

  3. d-20191128-3XGE94 2019-11-28 11:17:40

    Affaire Nethys: la Socofe renonce à son recours contre le décret gouvernance wallon

La chronique
  • Peut-on se payer la Maison-Blanche?

    I’m not a billionnaire ! », a lâché, amère, la sénatrice de Californie, Kamala Harris, en annonçant qu’elle abandonnait la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine.

    La pique visait sans doute moins Donald Trump que deux candidats de son propre parti, Tom Steyer et Michael Bloomberg, dont les fortunes personnelles sont estimées, respectivement, à 1,6 milliard et 50 milliards de dollars par le magazine Forbes.

    Que des hommes, blancs, et vieux, comme Steyer (62 ans) et Bloomberg (77 ans), mais aussi Joe Biden (77 ans) ou Bernie Sanders (78 ans), puissent – sauf surprise – mener campagne jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, alors que Kamala Harris, self-made woman de 55 ans, métisse, de père jamaïcain et de mère indienne, ait dû jeter l’éponge début décembre 2019 est déjà, en soi, problématique pour certains progressistes.

    Qu’à l’instar de l’actuel président...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite