Affaire Epstein: le prince Andrew «met fin à ses engagements publics»

Affaire Epstein: le prince Andrew «met fin à ses engagements publics»
EPA

Le prince Andrew, embourbé dans une polémique sans fin sur l’affaire Epstein et répudié par nombre d’entreprises et universités avec lesquelles il collaborait, a annoncé mercredi « mettre fin à ses engagements publics », dans une des pires crises qui secoue la famille royale britannique depuis des décennies.

Le duc d’York fait la Une des journaux depuis une longue et calamiteuse interview télévisée sur ses relations avec le financier américain Jeffrey Epstein, qui était accusé d’avoir exploité sexuellement des jeunes filles mineures des années durant et s’est suicidé en prison.

Le prince s’est vu notamment reprocher de ne pas avoir pris ses distances avec lui, et de ne pas avoir exprimé d’empathie pour les victimes présumées. « Il est devenu clair pour moi ces derniers jours que les circonstances de mes liens passés avec Jeffrey Epstein sont devenues une perturbation majeure du travail de ma famille et du (mien) », explique le prince dans un communiqué.

« En conséquence, j’ai demandé à Sa Majesté si je pouvais me retirer de mes engagements publics dans un avenir proche », ajoute le prince, précisant que la reine lui avait « donné sa permission ».

« Une seconde ‘Annus Horribilis’»

Le second fils de la reine Elizabeth II a dit mercredi « continuer de regretter sans équivoque (son) association mal-avisée avec Jeffrey Epstein » et « compatir profondément avec toutes les personnes affectées » par l’affaire. Il se dit « bien sûr » prêt à coopérer à l’enquête. Lors de son interview, le duc d’York, 59 ans, s’était contenté de contester les accusations d’une femme recrutée par Epstein qui affirme avoir été forcée d’avoir des relations sexuelles avec lui alors qu’elle était mineure.

Depuis la diffusion, les critiques et les défections s’étaient multipliées, plongeant la famille royale dans ce que certains médias n’ont pas hésité à appeler « une seconde ‘Annus Horribilis’», selon une expression d’Elizabeth II. La reine avait utilisé ce terme en 1992 pour qualifier l’année qui avait vu ses deux fils se séparer de leurs épouses respectives, sa fille Anne divorcer et le château de Windsor, résidence royale, brûler.

Mardi, la banque Standard Chartered et le cabinet de conseil et d’audit KPMG avaient annoncé qu’ils cesseraient de sponsoriser l’association du prince, « Pitch@Palace », qui aide des entrepreneurs et des start-up.

Mercredi, le géant britannique des télécoms BT a emboité le pas, indiquant qu’il allait cesser de soutenir un programme de financement d’apprentissage du numérique, iDEA, si le prince Andrew en restait le parrain.

Trois universités australiennes, la Bond University de Queensland et les universités Murdoch et RMIT de Melbourne, ont aussi annoncé mettre un terme à leur collaboration avec « Pitch@Palace », entre autres.

« Accusé de propos racistes »

Une litanie d’autres institutions, dont la banque Barclays ou le géant pharmaceutique AstraZeneca, avaient aussi dit envisager de couper les ponts avec le prince.

L’université métropolitaine de Londres a dit qu’elle pourrait lui retirer son titre de parrain et des étudiants de celle de Huddersfield (nord de l’Angleterre) ont voté une motion contre lui, estimant qu’il est « tout à fait impropre à les représenter » en tant que parrain.

Le scandale a même fait irruption dans le premier débat télévisé des élections législatives du 12 décembre, opposant le Premier ministre Boris Johnson au leader de l’opposition travailliste Jeremy Corbyn : tous deux ont exprimé leur « sympathie » et leurs « pensées » pour les victimes. « Il y a des questions très très graves auxquelles des réponses doivent être apportées », a ajouté Jeremy Corbyn, pour qui la monarchie « a besoin de quelques améliorations ».

Comme si cela ne suffisait pas, Andrew est par ailleurs accusé de propos racistes. L’ex-ministre de l’Intérieur de Tony Blair, Jacqui Smith, a ainsi révélé être « restée bouche bée » face à des commentaires racistes du prince sur les Arabes, lors d’un dîner officiel en l’honneur de la famille royale saoudienne.

Et un ancien collaborateur des services du Premier ministre, d’origine sri-lankaise, l’a aussi accusé d’avoir employé une expression contenant le mot « nègre ». Un porte-parole de Buckingham Palace a répliqué que le prince « ne tolère le racisme sous aucune forme ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une touche d’humour dans la fin de campagne de Boris Johnson
: une vidéo parodiant le film «
Love actually
» et promettant, en pancartes «
détournées
», l’aboutissement du processus du Brexit.

    Les élections législatives au Royaume-Uni, un air de deuxième référendum Brexit

  2. Même s’ils ne le disent pas ouvertement, les deux informateurs privilégient l’arc-en-ciel élargi.

    Coalition fédérale: l’arc-en-ciel élargi au CD&V est en pole position

  3. CLIMATE CONFERENCE COP25 MADRID WEDNESDAY

    COP25: les Belges proches d’un accord sur un plan climat insuffisant

La chronique
  • Requiem pour M.

    Une femme blonde habillée de noir avec un collier de perles, embrasse le visage d’une jeune femme aux cheveux très courts, façon punk, allongée dans son cercueil. L’image est incroyable. Insoutenable pour certains, troublante pour d’autres. Très belle en fait, et forte, si forte. Cette photo, parue avec bien d’autres dans le New York Times en fin de semaine dernière est celle de Marieke Vervoort, athlète paralympique belge et multimédaillée. C’est Marieke qui est dans ce cercueil de bois, et c’est sa maman Odette qui l’embrasse, alors qu’elle vient juste de mourir. A sa demande. Par euthanasie.

    Cette photo d’une intimité absolue, les parents de Marieke l’ont découverte en même temps que les lecteurs du New York Times sur le site du journal, le jour de la publication d’un très long article qui raconte la mort désirée de l’athlète paraplégique, mais aussi des mois qui ont précédé cette fin de vie vécue comme une libération. Le dimanche, le journal américain a publié le récit complet dans un...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite