La ministre Céline Tellier au «Soir»: «La biodiversité, c’est une crise silencieuse à côté du climat»

La ministre Céline Tellier au «Soir»: «La biodiversité, c’est une crise silencieuse à côté du climat»

Qualité de l’air et de l’eau, biodiversité, état sanitaire des forêts, progression des espèces exotiques, faiblesse des aires protégées… : les chiffres relatifs à l’état de l’environnement wallon oscillent du « défavorable » à « l’inquiétant ». Et plusieurs continuent à se dégrader. Pas évident pour une ministre de prendre ses quartiers face à un tel diagnostic, surtout quand on sait que les améliorations seront très lentes à venir. Pour Céline Tellier (Ecolo), nouvelle ministre wallonne de l’environnement, de la nature, de la forêt, de la ruralité et du bien-être animal, il faut cependant changer de trajectoire.

« Il est clair que la situation n’est pas favorable. Je pense à l’impact de la mauvaise qualité de l’air, à l’état des masses d’eau (la moitié dans un état défavorable), à l’utilisation des pesticides – la Belgique est un des cinq pays européens qui utilisent le plus de produits phytos, 42 % des ménages wallons en utilisent encore alors qu’il existe des alternatives. Quant à la biodiversité, c’est une crise silencieuse à côté du climat : 50 % des oiseaux ont disparu en 25 ans, et 80 % dans les zones de grandes cultures. Cette crise est largement sous-estimée dans le débat public, dans les politiques et par les citoyens », reconnaît-elle dans une interview accordée au « Soir ».

► La première interview de la ministre wallonne de l’Environnement sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous