Pensions: et si l’allongement de la carrière n’était pas la seule solution

Pensions: et si l’allongement de la carrière n’était pas la seule solution
Roger Milutin

Subsidier le maintien à l’emploi des salariés âgés est inefficace. C’est la conclusion d’Andrea Albanese et Bart Cockx, deux chercheurs de l’UGent. Cette réduction des cotisations sociales pour les salariés « seniors » est d’application depuis 2002. Elle est de 400 euros par trimestre et par travailleur. L’âge minimum pour en bénéficier a fluctué au fil du temps : 58 ans jusqu’en 2004 ; 57 ans jusqu’en 2007 ; 50 ans, avec un revenu brut inférieur à 12.000 euros par trimestre, ensuite ; 54 ans depuis 2013.

Les conclusions des chercheurs sont sans appel : l’effet est proche de zéro sur le taux d’emploi. En effet, tandis que la productivité du travailleur décroît avec l’âge à partir de 56 ans, son coût salarial continue d’augmenter en raison de barèmes basés sur son ancienneté. Résultat : en fin de carrière, celui-ci coûte plus qu’il ne rapporte à l’entreprise. « Un allégement des charges salariales pour ces travailleurs ne peut dans ce cas avoir aucun effet car il ne peut qu’alléger la perte de l’employeur qui les maintient au travail. »

Et comme le calcul de l’indemnité de licenciement se base lui aussi sur le nombre d’années passées dans l’entreprise, ces personnes restent en place car leur départ coûterait trop cher, sauf en cas de plan de licenciement collectif ou de restructuration où ces travailleurs se voient alors souvent proposer un départ à la prépension. Là, l’abaissement de cotisations sociales semble avoir un impact, surtout pour les salaires les plus bas.

► D’autres solutions doivent être envisagées: lesquelles? Notre analyse sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Après un mois de tractations, l’informateur Paul Magnette a souhaité mettre un terme à sa mission. © Belga.

    Négociations fédérales: le scénario de l’arc-en-ciel amélioré… après une auto-exclusion de la N-VA

  2. En théorie, une limitation de vitesse fluidifie le trafic et retarde la congestion. Dans le cas du ring de Bruxelles, pas sûr que ça suffise. © Photo News.

    Le ring de Bruxelles à 100 km/h: décélérer ne le rendra pas beaucoup moins polluant

  3. Les drapeaux russe et olympique à la cérémonie de clôture des JO 2014 à Sotchi. Il semble cette fois acquis que le drapeau russe ne flottera pas au Japon.

    L’Agence mondiale antidopage sans pitié pour le sport russe

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite