Quelque 4.000 étudiants ont participé au cortège de la Saint-V dans les rues de Bruxelles (photos)

Quelque 4.000 étudiants ont participé au cortège de la Saint-V dans les rues de Bruxelles (photos)
Photo News

Environ 4.000 étudiants ont pris part, ce mercredi en fin d’après-midi, au cortège piéton de la Saint-Verhaegen, parti à 16h00 du Sablon pour rejoindre la place de la Monnaie à Bruxelles, a indiqué vers 17h25 la porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles, Ilse Van de keere. Plus de 250 étudiants de l’Université libre de Bruxelles (ULB) et de la Vrije Universiteit Brussel (VUB) ont participé en matinée aux commémorations officielles qui célèbrent les personnalités ayant contribué à construire l’identité de ces universités.

Photo News

Le thème choisi cette année pour le cortège par l’ACE (Association des cercles étudiants) et la BSG (Brussels Studentengenootschap) repose sur le slogan « citoyens invisibles et gouvernements nuisibles ». L’intention des étudiants est de mettre en avant les disparités sociales à Bruxelles, ainsi que l’invisibilisation de la précarité par les autorités bruxelloises.

Photo News

En ce qui concerne le sans-abrisme, ils déplorent que la question de l’accès au logement pour tous ne figure pas parmi les priorités de l’agenda politique à Bruxelles et critiquent a contrario l’importance donnée à la politique touristique et culturelle. Ils veulent également aborder la précarité au sein de la communauté estudiantine, à leurs yeux trop souvent invisibilisée dans le milieu universitaire et dans ses expressions folkloriques.

Photo News

Une tradition qui remonte à 1939

« Nous souhaitons que l’événement festif et folklorique de la Saint-Verhaegen soit associé à un thème plein de sens, qui témoigne du désir des étudiants de toujours s’engager pour une société portant les valeurs qui leur sont chères », ont fait valoir les cercles de l’ACE et de la BSG. Les étudiants fraîchement baptisés ont récolté le 12 novembre, lors de la quête sociale organisée dans Bruxelles, 6.700 euros au profit de l’ASBL Solidarité Grand Froid.

Photo News

Cette tradition remonte à 1939. L’Association générale des étudiants avait alors remplacé le cortège de la Saint-Verhaegen par une collecte de fonds destinée aux familles de soldats engagés dans la Seconde Guerre mondiale.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite