«Le train n’est pas fait pour transporter 15 personnes entre deux villages»: Infrabel clarifie les propos de son CEO

«Le train n’est pas fait pour transporter 15 personnes entre deux villages»: Infrabel clarifie les propos de son CEO
PhotoNews

Le gestionnaire du réseau ferroviaire belge a tenu à clarifier les propos tenus par son CEO, Luc Lallemand, ce mercredi en commission Mobilité de la Chambre. «Le plan stratégique approuvé par le conseil d’administration et qui sera présenté au prochain gouvernement ne propose, ni ne demande, et encore moins ne menace, de fermer des lignes», explique Infrabel dans un communiqué.

Navetteurs.be monte au créneau

L’association de voyageurs Navetteurs.be s’était dite scandalisée par les propos du CEO d’Infrabel, Luc Lallemand, qui a notamment déclaré en commission ce mercredi que «le train n’est pas fait pour transporter 15 personnes entre deux villages où vous entretenez une ligne à double voie électrifiée». L’association de voyageurs voyait derrière ces propos une menace pour certaines lignes moins fréquentées.

«Notre association ne peut tolérer que de tels propos soient tenus», a réagi l’association Navetteurs.be. Pour l’association de voyageurs, «cela remet clairement en danger les lignes à plus faible densité de population et où le train reste encore le seul moyen de transport public disponible», explique Gianni Tabbone, porte-parole de Navetteurs.be. L’association poursuit en expliquant dans un communiqué que ces propos ne font que confirmer les fuites parues dans la presse en juillet dernier. Ces informations faisaient alors état des menaces qui pèsent sur une douzaine de lignes et/ou tronçons en Wallonie.

Pas une compétence d’Infrabel

Infrabel réaffirme qu’elle n’a fait que donner un avis d’expert et qu’elle n’a pas le pouvoir de fermer des lignes, sauf pour des raisons de sécurité. Le gestionnaire du réseau a aussi tenu à ajouter que son ambition était bien de maintenir l’ensemble du réseau et d’améliorer constamment sa performance et sa sécurité.

L’association de voyageurs se dit scandalisée et outrée par les propos de Luc Lallemand, CEO d’Infrabel, tenus en Commission de la Mobilité ce mercredi. «Le train n’est pas fait pour transporter 15 personnes entre deux villages, où vous entretenez une ligne à double voie électrifiée», avait-il notamment expliqué.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite