Accueil Monde Proche-Orient

La campagne électorale dont personne ne veut a commencé en Algérie

Le chef de l’armée en a décidé ainsi : les élections présidentielles auront lieu le 12 décembre. Cinq candidats ont été désignés. Sauf que la population, dans son immense majorité, rejette ce scénario cousu de fil blanc.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

Que va-t-il se passer le 12 décembre en Algérie, lors des élections présidentielles ? La campagne électorale a débuté le 17 novembre pour les cinq candidats en lice. Tout est bien ? Que nenni ! Il y aurait comme un gros problème. Presque toute la population algérienne en âge de voter – au bas mot une trentaine de millions d’âmes – paraît décidée à s’opposer à ces élections. En revanche, le régime d’obédience militaire s’accroche à cette échéance avec l’énergie du désespoir et tout se passe comme si ce scrutin, tout honni qu’il fût, aura lieu, coûte que coûte.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Pablos Gino, vendredi 22 novembre 2019, 8:50

    Ce qui me fait rire est le terme guerre de libération de l'Algerie.Certes et à juste titre ils se sont libérés de l'arrogant occupant français et ont ensuite vécu plus de 50 ans sous l'occupation de ceux qui étaient censés les libérer,leur propre armée et gang d'affairistes qui gravite au tour.Un peu comme en Iran le shah chassé les ayatollahs s'emparent du pouvoir et dansent.

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs