Accueil Société

La Belgique, terrain de jeu des espions rwandais

Tentatives de piratage, surveillance et intimidations : le pouvoir rwandais serre de près ses opposants et certains journalistes installés en Belgique. Le président Kagame s’en défend à peine.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Alors que le génocide de 1994 au Rwanda est en ce moment au cœur des débats aux assises de Bruxelles, le pays aux Mille Collines fait parler de lui en Belgique pour un autre motif. Son espionnage et ses intimidations envers des journalistes et des opposants au régime de Paul Kagame.

Depuis plusieurs semaines, le député Ecolo-Groen Samuel Cogolati accumule les indices sur les pratiques douteuses (mais assumées) des autorités de Kigali à l’étranger. En particulier chez nous. Le royaume compte près de 40.000 Rwandais sur son sol, la plus grande diaspora en dehors du continent africain. « Inquiet », le vice-président de la Commission des affaires extérieures de la Chambre compte interpeller très prochainement le ministre Reynders (MR) sur la question. Avant que ce dernier ne parte sous d’autres cieux européens.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par piette david, lundi 25 novembre 2019, 20:20

    Judi Rever, une négationniste? Mitterand disait aussi qu'il y avait eu un double génocide. Mitterand négationniste? Le missile qui a descendu l'avion d'Habyarimana est parti du camp des FPR selon le juge Bruguières. Kagame savait qu'il provoquerait ainsi le génocide des Tutsi de l'intérieur. Le juge Bruguières est aussi un négationniste? Y aurait-il une vérité officielle défendue par Kagame, par les espions et assassins qu'il envoie hors du Rwanda et par les politiques belges? Peut-on préparer l'avenir sans tricher sur les faits?

  • Posté par Danhaive P., vendredi 22 novembre 2019, 13:40

    La Belgique est en déliquescence à cause de la volonté flamande et de la politique ultra-libérale. Rien n’est plus organisé correctement (je dirais qu’elle est désorganisée même désorganisé) : justice, police, culture, Et j’en passe. Elle est devenue le terrain de jeux de tout ce qui est mafieux : drogue, fraude fiscale à très grande échellle, corruption , mobilité, non respect des règles de bien vivre ensemble. Espionnage maintenant (voir aussi la présence d’agent du Kazakhstan, du Soudan...). Les politiciens s’en foutent.Quelle tristesse!

  • Posté par swingedau olivier, vendredi 22 novembre 2019, 13:28

    Kagamé est clairement un fasciste génocidaire... mais il est clairement défendu par notre pays. Pourquoi ? Demandez à Reynders.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs