Accueil Élections fédérales 2019

Négocier un gouvernement arc-en-ciel? Les libéraux flamands ont la clé

La famille libérale rencontre l’informateur ce vendredi. Va-t-on vers des négociations visant à associer libéraux, écologistes et socialistes ? Cela dépend du VLD. Qui hésite.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Le VLD choisira-t-il l’arc-en-ciel ? C’est la question. Près de six mois après les élections législatives, tous les regards se tournent vers les libéraux flamands. C’est le grand focus bleu. Avec leurs partenaires francophones du MR, Gwendolyn Rutten et son équipe de négociateurs rencontrent aujourd’hui l’informateur royal. Qui poursuit sa mission, et s’apprête à faire rapport à nouveau au roi. Il est attendu au Palais lundi prochain.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, vendredi 22 novembre 2019, 15:21

    Paul Van Obberghen. Il y aura davantage de cohérence dans un gouvernement arc-en-ciel (voir le précédent et positif gouvernement Verhofstadt I) que dans un attelage PS-NVA même si ces deux forces pouvaient suffire et on en est loin. Vous avez raison, il n'est pas plus souhaitable d'avoir un gouvernement nettement minoritaire que ce soit en Wallonie ou en Flandre. Mais tout démontre que la NVA exerce un chantage maximum. Elle prend l'opinion flamande à témoin de la lâcheté du VLD et du CD&V si ceux-là osaient un gouvernement minoritaire (exerçant sur eux une pression totale), mais en même temps, elle n'accepterait réellement une alliance avec le PS qu'au pris d'une réforme de l'Etat XXXL. Il est à noter que même en Flandre, tous ne partagent pas l'idée d'aller aussi loin (le VLD singulièrement). A noter encore que la NVA resterait dans le gouvernement flamand, ce qui ne lui garantit plus la facilité de l'opposition et donc un carton en 2024. Et de toutes façon, les choses ont changé, dans l'opposition, la NVA devra désormais composer avec un VB qui est bien décidé à lui tailler des croupières et si l'on peut le déplorer, le VB est bien parti pour tailler la NVA. D'une part, le fantasme d'une Flandre de droite s'étiole, le VB a poussé sur des arguments fumeux mais sociaux (des accents auxquels la NVA est bien en peine de répondre elle qui revendique que son patron est le VOKA), d'autres part, la course à l'échalote entre le VB et la NVA se joue non pas sur le nationalisme flamingants, mais sur la course au plus raciste, et à ce jeu là, le VB ne peut que l'emporter d'autant que malgré les coups de mentons de Francken, la NVA a un bilan bien éloigné de ses tweets (le syndrome Sarkozy). Je n'ai aucune aisance à dire cela car rien n'est plus éloigné de mes convictions que l'extrême droite raciste. Mais si le VB dévore la NVA, la pression séparatiste baissera d'un ton. Le VB restera dans l'opposition au moins au fédéral de toutes façon, même si le VB et la NVA devait cumuler une majorité absolue qui n'est en rien une certitude sauf... si on échouait à s'entendre dans les mois qui viennent (retour donc à la case arc-en-ciel). Les première victimes de ce potentiel (mais pas certain) raz de marée brun-jaune seraient le VLD et le CD&V. A eux de voir...

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 22 novembre 2019, 17:46

    Il n'y a, je pense, que peu de perméabilité entre la situation de la NVA dans la majorité en Flandre et dans l'opposition au fédérale. Elle pourra facilement mettre en avant tout ce qu'elle fait de bon pour la Flandre quand elle est aux commandes et tout le mal que les autres font quand elle n'y est pas, ou en d'autres termes, tout ce qu'elle pourrait faire si elle était dans la majorité au deux. Par ailleurs, dans un bourguignonne, il n'y aurait pas que le PS et la NVA, mais aussi l'OpenVLD, le SPa, le MR et le CD&V, comme dans la suédoise il n'y avait pas que le MR et la NVA. C'était évidemment une tactique assez flagrante de la part du Ps que de parler systématiquement de gouverment MR/NVA en ignorant délibérément les 2 autres partis. A vrai dire, dans cette bourguignone, les socialistes seraient les plus forts, suivis par les libéraux et seulement ensuite la NVA. Entendons-nous bien que je préfèrerais, et de loin, faire sans la NVA mais la NVA dans une bourguignonne où elle n'est pas toute puissante et disons "sous controle" risque de faire moins de dégats dans 5 ans que s'opposant à l'arc-en-ciel. Si Paul Magnette peut contruire son arc-en-ciel, tant mieux, mais je doute fort que cela conduise à un affaiblissement du nationalisme flamand, et redoute au contraire que ça ne fasse que le renforcer. Mais bon, peut-être que vous aurez raison à la fin et cela vaudrait alors le coup d'avoir tenté l'arc-en-ciel, mais ça sera comme la suédoise: on ne le saura que quand ça sera terminé. Et si le MR a raté son pari dans la suédoise*, on peut aussi supposer que le PS rate le sien dans l'arc-en-ciel. *Encore que, la NVA a bien perdu des plumes dans la suédoise malgré son coup d'éclat sur le pacte migratoire. Ça n'était donc pas si mal joué que cela, après tout.

  • Posté par brenes norbert, vendredi 22 novembre 2019, 14:28

    On a quand même l'impression qu'il est plus question de répartition des portefeuilles que de substance. Or si on veut tenir plus que quelques mois il y a quand même intérêt à s'entendre de façon la plus claire possible sur ce qu'on veut faire.

  • Posté par Deckers Björn, vendredi 22 novembre 2019, 11:55

    Il est temps de conclure, et rappelons le une fois encore aux distraits, le PS est incontournable! Pour faire enfin peser la balance au VLD, il faut proposer ceci, en fin de compte, ce sera soit l'arc-en-ciel, avec le VLD, soit MR-PS-NVA-SP.A-CD&V, sans le VLD. Sur plusieurs sujets, l'association du VLD et du PS reste largement pertinente. Que ce soit sur les questions éthiques récemment ressurgies (avortement, euthanasie,...), sur l'écologie où le VLD refuse et à juste titre l'attitude quasiment climatoseptique de la NVA, que ce soit sur la question des valeurs fondamentales (par rapport à l'immigration, au VB), le VLD n'a pas à se comporter comme une annexe de la NVA. Oui, sur la question économique, le VLD et la NVA sont certes bien plus proches que le VLD et le PS, c'est un fait difficilement discutable, mais ce n'est pas, loin s'en faut le seul sujet qui doit mobiliser l'énergie d'un gouvernement. Ajoutons que sur l'institutionnel, il peut même y avoir des réflexions intelligentes et des convergences nouvelles quand le VLD ne se sent pas obligé de se cacher dans l'ombre de la NVA et qu'il consent à dire que les politique de l'environnement, de la mobilité et de l'énergie gagnerait à retrouver uniquement l'étage central. En son temps, Mme Rutten avait très justement taclé Theo Francken. "Quand il y a un problème, moi je cherche des solutions, pas des coupables". Une première qui cherche des solutions, pas des ennemis? Chiche!

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 22 novembre 2019, 14:52

    Reste à l'OpenVLD à lever son veto envers Groen. Cet arc-en-ciel est possible mais sera très faible avec un seul siège de majorité à la merci de la défection d'un seul député, comme c'est arrivé par le passé, et pas de majorité côté flamand. Pour ce qui est des réformes institutionnelles, comme la très souhaitable refédéralisation de certaines compétences, il faudra un majorité des 2 tiers, inenvisageable à l'heure actuelle. Toutefois, reconnaissons à l'arc-en-ciel le mérite de regrouper seulement 3 familles politiques dont 2 sont en tête au parlement (socialistes et libéraux), et qui sont assez soudées entre pendants fr/nl, en particulier Ecolo/Groen. Quoi qu'il en soit, cela resterait un gouvernement passablement faible côté flamand et assez fort côté francophone, ce qui garantira, dans 5 ans (si pas avant), une nouvelle poussée du Belang et sans doute de la NVA qui ne se porte jamais aussi bien que dans l'opposition. Le travail de conviction des partenaires de cet arc-en-ciel sur l'opinion flamande sera colossale pendant cette législature, car il leur faudra démontrer que même minoritaire, il est possible de travailler pour le bien de la Flandre ET du pays. Si nous, francophones, en sommes aisément persuadés, ça n'est pas nous qu'il faudra convaincre, mais les flamands dont une bonne part n'envisage plus la Belgique comme sa nation.

Plus de commentaires

Aussi en Élections fédérales 2019

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs