D1A: l’Antwerp se défait de La Gantoise 3-2 et revient à hauteur du Standard et de Malines

©Photonews
©Photonews

L’Antwerp a imposé sa loi au Bosuil jeudi soir lors d’un match d’alignement de la 5e journée de Pro League. Les Anversois se sont imposés 3-2 face à Gand pour ce qui était un duel de haut de classement. Grâce à cette victoire, le matricule nº1 remonte à la 4e place de Pro League avec 27 points, soit le même nombre d’unités que le Standard (3e à la différence de buts) et Malines (5e). La Gantoise en compte un de plus et occupe la 2e place à cinq points du leader, le Club de Bruges.

L’Antwerp a montré de bonnes intentions dès les premières minutes mais pourtant, c’est Gand qui a marqué en premier dans ce match. Servi dans la profondeur par Jonathan David, Roman Yaremchuk a évité la sortie de Sinan Bolat d’un joli ballon piqué pour faire 0-1 après 21 minutes.

Les hommes de Laszlo Bölöni n’ont pas mis bien longtemps pour faire 1-1. Une égalisation dont le mérite revient à Dieumerci Mbokani. L’attaquant congolais a arraché le ballon des pieds gantois aux 20 mètres avant d’écarter sur le flanc gauche et de répondre présent dans les seize mètres en reprenant le cuir d’une superbe demi-volée (25e). Huit minutes plus tard, les Anversois renversaient déjà la rencontre sur un penalty de Lior Refaelov obtenu suite à une faute de main d’Owusu (33e).

Dès le début de la seconde mi-temps, Mbokani s’est chargé de placer les siens dans un fauteuil. Servi par Ivo Rodrigues pour placer un coup de tête facile au fond des filets (48e), le buteur anversois en a profité pour marquer son 13e but en Pro League cette saison et creuser l’écart en tête du classement des buteurs.

Un véritable coup de massue pour Gand qui n’a pas vraiment inquiété Bolat jusqu’aux arrêts de jeu. Jonathan David est alors parvenu à piéger la défense anversoise en réclamant un penalty inexistant avant de profiter de la confusion pour faire 3-2 (90e+4). Un but qui ravivera les espoirs des Buffalo’s dans les ultimes instants mais qui se révélera finalement trop tardif.

Vendredi soir, la 16e journée de Pro League s’ouvre avec un duel entre le Club de Bruges et Ostende.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite