Bénédicte Linard sur le dernier film de Polanski: «Je n’ai pas envie de dire aux gens ce qu’ils doivent faire»

Bénédicte Linard sur le dernier film de Polanski: «Je n’ai pas envie de dire aux gens ce qu’ils doivent faire»
Mathieu Golinvaux

Alors que la polémique sur le film « J’accuse » de Roman Polanski fait rage, Bénédicte Linard était l’invitée ce vendredi matin de Matin Première. La ministre des Droits des femmes a été invitée à donner son avis : « Ce qui m’importe c’est la question des victimes. Des femmes ne parlent pas pendant des années, c’est la loi du silence. L’enjeu c’est de faire de ce fait divers un fait de société. »

« A titre personnel, je n’irai pas le voir le film mais je n’ai pas envie de dire aux gens ce qu’ils doivent faire, ce n’est pas mon rôle, a-t-elle poursuivi. Mon rôle c’est de travailler pour prévenir les violences faites aux femmes et pour accompagner ces victimes. » L’élue Ecolo a ensuite ajouté : « Je comprends que certaines personnes aient envie de boycotter. »

Bénédicte Linard a aussi été interrogée en sa qualité de ministre de la Culture de la fédération Wallonie-Bruxelles sur les coupes budgétaires qui visent le secteur culturel en Flandre. « Je suis interpellée par cette décision. Elle va mettre à mal l’accès à la culture des Bruxelloises et des Bruxellois. La culture n’est pas une dépense mais un investissement. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ER5irEcXYAEzIFh

    Polanski primé, Adèle Haenel quitte la salle: le cinéma français déchiré aux César 2020

  2. CHINA-HEALTH_JAPAN

    Comment le coronavirus bouleverse la planète

  3. La consultation et la participation des citoyens aux projets sont nécessaires pour atteindre la neutralité carbone en 2050 selon les experts.

    «2050, Bruxelles en mieux»: des idées qui germent dès aujourd’hui

La chronique
  • Elections municipales: en France, dernier arrêt avant l’irréparable

    Dans quinze jours, les Français se rendront aux urnes pour élire leurs maires. Une simple élection locale ? C’est ce que tentent toujours de faire croire les pouvoirs en place lorsqu’ils sont en difficulté.

    Test majeur

    Emmanuel Macron ne fait pas exception. Mais à qui fera-t-il avaler qu’il ne se préoccupe pas de ce test majeur à deux ans d’une présidentielle qui sera celle de tous les dangers ? L’affaire...

    Lire la suite