Robert Vertenueil (FGTB): «On peut dire merci au PTB» pour le refinancement des blouses blanches

Robert Vertenueil (FGTB): «On peut dire merci au PTB» pour le refinancement des blouses blanches
Bruno D’Alimonte

Président de la FGTB, Robert Vertenueil est l’invité du Grand Oral RTBF/Le Soir ce samedi 23 novembre sur La Première et ce dimanche 24 novembre sur La Trois. Au menu : la formation du gouvernement fédéral, le fonds « blouses blanches », les 75 ans de la sécurité sociale.

La Chambre a approuvé jeudi à l’unanimité en plénière la proposition de loi qui organise l’affectation du Fonds Blouses blanches. La création de ce fonds doit améliorer les conditions de travail dans le secteur infirmier suit l’adoption d’un amendement du PTB à la loi sur les douzièmes provisoires pour les mois de novembre et décembre.

Alors… Faut-il dire merci au PTB ? Robert Vertenueil y est enclin : « Je dirais qu’ils ont tapé juste, au bon moment. C’est une revendication juste, c’est une urgence, une vraie nécessité. Pourquoi ce serait gênant d’une fois dire merci au PTB ? C’est une bonne proposition, elle est tellement bonne que tout le monde s’y rallie. Donc oui, sans doute faut-il leur dire merci d’avoir pris l’initiative ».

Revoter après 6 mois

Cette décision, prise sous un gouvernement en affaires courantes nous rappelle que les négociations fédérales sont toujours au point mort. Est-ce la fin de notre système démocratique ? Ne serait-il pas temps de changer la donne ? « En effet, si nous voulons rester en crise pendant 4 ans, c’est possible, et ça ne va pas. Certaines manières de faire de la politique doivent être revues. En Espagne, ça ne peut pas durer plus de 6 mois, sinon c’est le retour aux urnes. Ça me paraît raisonnable ».

Sur le même sujet
Lois et règlementsEspagne
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 50710002

    Coronavirus: l’Italie sous cloche pour contenir l’épidémie, l’angoisse monte

  2. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

  3. CULTURE AALST CARNIVAL ZONDAGSSTOET

    Alost: les mêmes caricatures antisémites en 2020, quel avenir pour ce carnaval?

La chronique
  • Lettre d’Europe: le continent englouti ou le souvenir du Doggerland

    L’Europe fut autrefois un lieu très différent, géographiquement parlant. Jusqu’à il y a huit mille ans, une bande de terre désormais engloutie appelée Doggerland unissait l’actuelle Grande-Bretagne au continent. Si cet endroit reste très difficile à étudier avec les moyens techniques actuels, des passionnés consacrent tout leur temps libre à la recherche de traces humaines sur cet immense territoire aujourd’hui recouvert par la mer – l’année dernière, l’auteure britannique Julia Blackburn leur a dédié un livre illustré intitulé Time Song : Journeys in Search of a Submerged Land .

    Des pêcheurs de la mer du Nord ont retrouvé des os de mammouth, de nombreux vestiges archéologiques sont apparus sur les plages, et des traces d’êtres humains ont même été observées sur les fonds marins. La montée du niveau de la mer survenue à la fin de la dernière glaciation a inondé cet espace et créé une terre fantôme. Cet Atlantide de la Préhistoire constitue une preuve irréfutable s’il en est de l’impact qu’a pu...

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite