Ligue 1: le Paris Saint-Germain s’impose face à Lille pour le retour de Neymar (2-0)

Ligue 1: le Paris Saint-Germain s’impose face à Lille pour le retour de Neymar (2-0)
Photo News

Le Paris SG a maîtrisé Lille (2-0), vendredi en Ligue 1, même si Neymar a passé une soirée frustrante. Mais avec le retour de son Brésilien, et celui de Kylian Mbappé, le leader est prêt pour le choc au Real Madrid en Ligue des champions, mardi.

Si la capitale s’attendait à danser la samba avec le retour de son N.10, c’est bien au rythme du tango argentin qu’il continue d’avancer en tête du championnat.

Comme à Brest avant la trêve (2-1), Mauro Icardi (17e) et Angel di Maria (31e) ont marqué pour faire passer à leur équipe une soirée tranquille, malgré la pluie et la défense à cinq lilloise qui laissaient entrevoir le contraire.

Le style albiceleste est moins flamboyant, mais plus efficace, à l’image du « Goleador » qui a inscrit son 10e but en 11 rencontres, sur son tout premier ballon dans la surface, à l’affût d’une erreur de José Fonte.

Cette action résume tout ce qu’il a manqué à Lille : sans leur buteur Victor Osimhen, suspendu, ni Jonathan Bamba, malade, les Dogues ont cruellement manqué de réalisme (2e, 9e, 76e, 82e, 84e) pour se donner une chance de prendre un point, et récompenser plusieurs bonnes séquences.

Incapable de gagner à l’extérieur cette saison, dernier de sa poule de C1, la jeune formation de Christophe Galtier, fragile 7e de L1, a reçu des leaders une leçon d’opportunisme… mais de Neymar, pas grand-chose.

Pour son retour, le Brésilien a laissé aux vestiaires le grand sourire qu’il a pris l’habitude d’afficher à l’entraînement. Enfin en mode compétition, après plus d’un mois d’absence, il a peut-être livré son pire match de la saison.

Mbappé entre

Nerveux, souvent à réclamer des fautes à l’arbitre, le N.10 a plus enchaîné les balles perdues que les gestes d’éclat, même si le Parc des princes s’est régalé de sa talonnade… qu’un Lillois a interceptée. Il est rentré directement aux vestiaires à son remplacement (63e), la tête basse.

Mais, après les blessures à répétition qui ont fait rater au maestro plus d’un match sur deux depuis son arrivée en 2017, l’essentiel était ailleurs pour le PSG, déjà tourné vers Madrid.

« Ney » a joué sans gêne, et c’est une bonne nouvelle pour l’entraîneur Thomas Tuchel qui pourra compter sur une équipe au quasi grand complet.

Kylian Mbappé, la dernière grande interrogation pour ce déplacement après qu’un virus l’a privé d’entraînement jusqu’à jeudi, a laissé entrevoir un bel état de forme sur la demi-heure qu’il a jouée. Le prodige aurait même pu marquer sur sa première occasion (68e).

Le gardien Keylor Navas, qui a soigné durant la trêve des douleurs aux adducteurs, a lui été très bon. Il n’a manqué à la fête que Marco Verratti, blessé, et Edinson Cavani, qui a raté sa chance de marquer (90e) après son entrée à la 78e.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Coronavirus: puis-je annuler mon voyage? Tout dépend... du SPF Affaires étrangères

  3. Le 19 février en soirée, le roi Philippe reconduit Sabine Laruelle (MR) et Patrick Dewael (VLD), nouveaux chargés de mission royale.

    Négociations fédérales: un an de discussions en coulisses. Est-ce bien démocratique?

La chronique
  • Lettre du Brexit: recherche candidats «bizarres et curieux» désespérément!

    Par Marc Roche

    Recherche candidats « bizarres et curieux » pour vaste réforme de l’État. Cette petite annonce aurait pu être rédigée par Dominic Cummings en vue de réaliser sa nouvelle mission : révolutionner de fond en comble la haute fonction publique britannique. Le bras droit de Boris Johnson a fait appel « aux vrais jokers, aux artistes, à ceux qui ne sont jamais allés à l’université ou qui se sont extirpés par eux-mêmes d’un trou d’enfer » pour mener à bien l’opération de chambardement.

    Cet influent libertaire a été chargé de l’un des chantiers les plus lourds du programme de Boris Johnson : le chamboulement de Whitehall, le cœur névralgique de la haute administration centrale.

    Potentiellement, il s’agit du projet public le plus ambitieux depuis la mise en place de l’État Providence par le gouvernement travailliste de Clement Attlee, en 1945. Sauf qu’en 2020, c’est la droite populiste qui est à la manœuvre.

    Le principal conseiller du « 10 » estime que la machine de l’État est...

    Lire la suite

  • Coronavirus: entre psychose et précaution, un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite