Les syndicats et Federgon demandent une hausse du prix du titre-service (PRESS)

Les syndicats du secteur manifesteront jeudi pour réclamer une hausse de salaire de 1,1%. Federgon ne voit pas les choses du même œil. "Nous voudrions bien octroyer cela aux travailleurs, mais nous ne pouvons pas. Les marges sont toujours réduites et les sociétés de titres-services peinent à se maintenir à la surface", explique le directeur général de Federgon, Herwig Muyldermans.

Depuis 2014, le prix d'un titre-service pour le citoyen est de 9 euros. Les entreprises reçoivent en outre un subside des autorités devant financer le salaire de l'aide-ménagère et les coûts restants. Comme ces coûts grimpent plus rapidement que le subside et que le prix du titre-service n'évolue pas, de nombreuses sociétés de titres-services sont en difficultés.

Federgon plaide pour lier le prix d'un titre-service à l'index afin de donner un peu d'oxygène aux sociétés. Si les salaires augmentent, le prix d'un chèque devrait augmenter dans la même proportion.

Disclaimer: Belga diffuse quotidiennement des dépêches reprenant des informations provenant d'autres médias. Ces dépêches sont identifiables par le mot-clé PRESS. Belga ne peut toutefois pas être tenu pour responsable de ces informations fournies par d'autres médias. Merci aux rédactions qui les utiliseraient de toujours citer la source exacte des informations relayées par Belga.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le duo d’informateurs, Joachoim Coens et Gerorges -Louis Bouchez, à leur arrivée chez le roi ce lundi.

    Coalition fédérale: PS et N-VA ne se rapprochent pas mais ne se quittent plus

  2. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  3. d-20180913-3NJ2DX 2019-11-19 19:47:41

    Le procès Deliveroo fixé pour octobre… 2021

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite