Paul Magnette propose de remplacer le Sénat par la participation citoyenne

Paul Magnette propose de remplacer le Sénat par la participation citoyenne
Belga

Supprimer le Sénat pour le remplacer par une nouvelle forme de participation citoyenne, la piste figure dans la note de l’informateur Paul Magnette (PS), rapportent samedi Het Laatste Nieuws et De Morgen.

Le Sénat avait déjà été déforcé par la sixième réforme de l’Etat, mais les sénateurs se réunissent néanmoins encore huit fois par an. Que M. Magnette retienne dans sa note la piste d’une disparition complète semble être un geste envers la N-VA, mais aussi envers Groen, l’Open VLD et la SP.A qui l’avaient préconisée par le passé.

Entre-temps, aucun parti, pas même francophone, ne semble avoir de problème fondamental avec l’abolition du Sénat.

Dans sa note, l’informateur suggère d’établir à l’avenir une nouvelle forme de « participation démocrate » à la place, qui permettrait à de « simples citoyens » d’être davantage impliqués dans la gestion du pays.

La note de M. Magnette constitue un cadre devant servir de base aux discussions.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Eric Van Rompuy, CD&V.

    Eric Van Rompuy au «Soir»: «Il faut un gouvernement avec la N-VA et le PS»

  2. Margaux de Ré (Ecolo).

    Bruxelles: trop de femmes à la commission des droits des femmes?

  3. DF-05385

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «Le casse-tête postélectoral»

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: le citoyen a besoin d’honnêteté intellectuelle, pas de mépris

    Le PS et la N-VA sont depuis quelques jours en réunion ininterrompue. Les frères ennemis ne se quitteraient plus et on est en droit d’espérer que cette fois c’est la bonne et qu’après huit mois, on aura droit à de l’honnêteté intellectuelle de part et d’autre, permettant de donner une fois pour toutes une réponse à la question de leur (im)possible route commune au gouvernement.

    Paul Magnette, président du PS, a (re)dressé la liste du programme que les socialistes souhaitent et sur lequel ils ont...

    Lire la suite