«Ras le viol», «Stop aux violences faites aux femmes»: 49.000 Français dans la rue

La marche contre les violences faites aux femmes organisée samedi après-midi à Paris a rassemblé 49.000 personnes, selon un comptage réalisé par le cabinet Occurrence pour un collectif de médias. Le collectif féministe #NousToutes, à l’initiative du rassemblement, parle de son côté de 100.000 participants dans la capitale française, et 150.000 au total dans tout le pays.

La manifestation était en effet déclinée en régions dans une trentaine de marches, par exemple à Rennes, Montpellier et Bordeaux. L’an passé, près de 50.000 personnes s’étaient rassemblées fin novembre à travers la France, dont 30.000 à Paris selon les organisatrices (12.000 selon la police).

Le collectif #NousToutes parle d’ores et déjà de « la plus grande marche de l’histoire de France contre les violences » sexistes et sexuelles.

« Ras-le-bol »

« C’est le ras-le-bol de tout un pays face à ces violences » qui s’est exprimé samedi, a commenté auprès de FranceInfo une organisatrice, Caroline De Haas. Les marcheurs et marcheuses voulaient appeler à l’action face aux féminicides et violences subies par les femmes.

Un « Grenelle contre les violences conjugales » a été lancé début septembre par le gouvernement français, soit une succession de rencontres politiques consacrées à ce sujet, à différents niveaux.

Il se termine le 25 novembre, lundi, journée internationale contre la violence à l’égard des femmes. L’objectif du gouvernement à l’issue de ce processus : « prendre des engagements concrets et collectifs » pour mieux lutter contre les violences. Les associations féministes souhaitent qu’un véritable plan, doté de centaines de millions d’euros, soit mis en place pour davantage de places d’accueil pour femmes violentées, une justice plus adaptée, davantage de prévention, etc.

Quelque 213.000 femmes majeures sont victimes chaque année de violences physiques et/ou sexuelles de la part leur conjoint ou ex-conjoint, soit près de 1 % des femmes âgées de 18 à 75 ans, selon des données officielles.

L’an passé, près de 50.000 personnes s’étaient rassemblées dans toute la France, dont 30.000 à Paris selon les organisatrices (12.000 selon la police).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20200212-3YVA7Z 2020-02-12 17:32:02

    L’Europe a un plan pour gagner la 2e manche du numérique

  2. «
Un client a une rentabilité de 0,11
% sur son épargne, 5,9
% de rendement pour nos actionnaires, cela me paraît déjà pas mal
!», estime Marc Lauwers, CEO.

    Marc Lauwers: «Argenta continuera à offrir des services non rentables»

  3. Bernard Bousmanne a sorti des réserves de la Bibliothèque nationale du Mont des Arts la pièce emblématique du futur KBR Museum
: les «
Chroniques de Hainaut
» de 1446.

    KBR, le futur musée des trésors licencieux du Siècle d’or

La chronique
  • Ecoles: que faire du cours de morale?

    C’est un enjeu dérisoire au regard de la marche du monde, mais il est révélateur des ambiguïtés de la politique belge, et plus précisément francophone.

    En vertu de l’article 24 de la Constitution, qui prolonge sur ce point le Pacte scolaire, les écoles publiques doivent offrir le choix entre l’enseignement d’une des religions reconnues et celui de la morale non confessionnelle. La création d’un cours de philosophie et citoyenneté n’a pas modifié cet état de fait : elle a seulement réduit l’horaire consacré à ces cours à une heure par semaine au lieu de deux.

    Le cours de morale non confessionnelle reste donc organisé. Or il se trouve que, au 1er septembre 2021, ses enseignants devraient détenir un « certificat en didactique du cours de morale non confessionnelle » pour exercer leur fonction. Ce certificat doit donc être mis en place, mais cela suppose de répondre au préalable à une question difficile : à quoi sert encore le cours de morale, aujourd’hui ?

    Lorsque l’on a commencé à...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: des acteurs qui tournent en rond dans une pièce sans portes ni fenêtres

    Le catch 22 est une situation paradoxale à laquelle un individu ne peut échapper en raison de règles ou de limitations contradictoires. Le terme a été inventé par Joseph Heller qui l’a utilisé dans son roman « 1961 Catch 22 », se référant à une règle de l’Air Force selon laquelle un pilote qui continue à mener des combats aériens sans demander d’être relevé est considéré comme fou, mais est jugé assez sain d’esprit pour continuer à voler dès lors qu’il fait cette requête. On pourrait aussi parler de solution kafkaïenne où...

    Lire la suite