Assassinat d’une journaliste maltaise: le suspect veut l’immunité pour dire ce qu’il sait

La journaliste Daphne Caruana Galizia a été tuée dans l’explosion de sa voiture piégée
La journaliste Daphne Caruana Galizia a été tuée dans l’explosion de sa voiture piégée

Le principal suspect dans l’enquête sur l’assassinat de la journaliste maltaise Daphne Caruana Galizia a demandé l’immunité en échange d’informations sur ce qu’il sait de l’affaire, ont déclaré samedi à l’AFP des sources proches du dossier.

Yorgen Fenech a demandé à bénéficier de l’immunité judiciaire samedi alors que la police maltaise continuait à l’interroger dans ses locaux sur son implication présumée dans l’assassinat.

Selon des sources policières, l’homme d’affaires s’est ensuite plaint de douleurs et a été transporté à l’hôpital pour y être soigné. Son état de santé n’était pas connu samedi.

L’intermédiaire présumé à l’origine de son arrestation, un chauffeur de taxi et usurier de 41 ans, identifié comme Melvin Theuma, a également été hospitalisé vendredi après s’être plaint de douleurs. Il a été transporté à l’hôpital, mais libéré quelques heures plus tard et ramené au quartier général de la police pour y être interrogé.

Le suspect, Yorgen Fenech, a été arrêté mercredi sur son yacht alors qu’il tentait de fuir l’archipel méditerranéen.

Il est officiellement considéré comme une personne disposant d’informations sur l’affaire, même si certains médias et la famille de la journaliste le présentent comme un possible commanditaire du meurtre.

L’immunité judiciaire possible

Il demande à présent l’immunité judiciaire ou une forme d’arrangement pour dire à la police ce qu’il sait sur le meurtre et peut-être impliquer d’autres personnes dans l’affaire.

La décision d’accepter ou non la requête appartient au Premier ministre maltais Joseph Muscat. Ce dernier a déjà garanti l’immunité à Melvin Theuma, en échange d’informations vérifiées sur l’assassinat.

Jusqu’à présent, les informations fournies ont satisfait les enquêteurs, ont déclaré à l’AFP les mêmes sources.

Daphne Caruana Galizia a été tuée dans l’explosion de sa voiture piégée le 16 octobre 2017. Elle avait révélé certains des pans les plus sombres de la vie politique maltaise, s’en prenant notamment au Premier ministre qu’elle accusait d’avoir fait de Malte une « île mafieuse ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Paul Philippot.

    Salaire de Philippot: la RTBF n’a pas respecté ses obligations légales

  2. Le transport reste le secteur le plus problématique, tirant vers le haut l’évolution des émissions belges de CO
2.

    Climat: les émissions belges de CO2 sont toujours sur la mauvaise pente

  3. Le leader minoritaire démocrate Chuck Schumer, ici face à la presse, a reproché au président une défense si faible qu’il n’ose pas laisser ses conseillers témoigner sous serment.

    Bataille acharnée au Sénat américain sur le format du procès de Donald Trump

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite