Dépénalisation de l’avortement: Michel De Maegd (MR) retire sa signature, Denis Ducarme le remplace

Michel De Maegd.
Michel De Maegd. - Le Soir

On sait que le débat sur la dépénalisation de l’avortement divise les partis et fait l’objet de débats enflammés et de votes à majorité alternative à la Chambre. Plusieurs formations politiques laissent d’ailleurs la liberté de choix à leurs parlementaires, sans consigne de vote. Ce qui donne cette situation assez inédite à la Chambre, rapportée par « La Libre » vendredi : le député MR Michel De Maegd a retiré sa signature de la proposition de loi de son parti qu’il avait au départ cosignée. Le texte vise à autoriser l’interruption volontaire de grossesse (IVG) jusqu’à 18 semaines et à dépénaliser l’IVG. Ce qui rejoint l’accord parlementaire trouvé récemment sur ce dossier. « Après une série de rencontres avec des praticiens, j’ai choisi de prendre le temps d’aller plus loin dans ma réflexion », a déclaré Michel De Maegd. « Cela n’augure rien quant à mon vote futur, mais je souhaite ne pas me précipiter et j’ai donc préféré ne pas être cosignataire. »

Des nuances au sein du MR

Mais sa signature sera rapidement remplacée par une autre : celle du ministre Denis Ducarme, parlementaire durant les affaires courantes et par ailleurs candidat à la présidence du MR. Après contact avec son nouveau chef de groupe, Benoît Piedboeuf, et avec l’auteure principale de la proposition, Kattrin Jadin, il a en effet décidé de cosigner la proposition du groupe MR. Denis Ducarme nous annonce qu’il « soutient également les amendements cosignés par le MR et par les partis plaidant pour ces deux mesures importantes ». Il s’explique : « Ma position n’a pas varié. J’ai toujours été très clair, sans ambiguïté, notamment sur la suppression des sanctions. Tout en respectant les convictions de chacune et de chacun, je pense que le MR doit être davantage en pointe sur les questions éthiques, notamment lorsqu’il est question des droits des femmes. Plus qu’un débat politique, c’est un débat philosophique sur la liberté des femmes qui se pose aujourd’hui. Nous devons pouvoir nous démarquer des conservateurs sur ces questions. »

Manifestement, au sein du MR, des nuances existent sur ce délicat dossier éthique (l’autre candidat à la présidence, Georges-Louis Bouchez, n’étant pas complètement sur la même ligne). Dossier qui, légitimement, interroge et divise les parlementaires comme les partis.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  2. Avec ses 215 millions d’hectares de forêt et 36 millions d’hectares de terres boisées, l’Europe (ici au Portugal, l’été passé) pourrait, disent certains, connaître aussi ses «
méga-feux
». © Reuters/Rafael Marchante

    Le réchauffement accroît les risques d’incendies aussi en Europe

  3. Douze pays étaient représentés pour chercher une issue pacifique à cette guerre : Russie, Egypte, Turquie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Arabie Saoudite, Emirats arabes Unis, Congo, Qatar, Algérie, Italie et France ainsi que les deux belligérants libyens.

    Accord très fragile pour une paix durable en Libye

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite