Le Standard arrache la victoire à Eupen (1-2) dans les derniers instants

Le Standard arrache la victoire à Eupen (1-2) dans les derniers instants

Le Standard ne se déplaçait pas très loin samedi à Eupen en début de soirée, pour le compte de la première journée des matches retour de la saison régulière de la Jupiler Pro League de football (D1A). En revanche l’enjeu pour les Rouches, obligés de l’emporter en terre germanophone pour soutenir l’infernale cadence imposée par le Club Bruges (2-0 contre Ostende vendredi soir), n’était pas mince, à la veille d’un choc La Gantoise - Antwerp, ou au moins l’une des deux équipes va forcément perdre des plumes.

Les choses n’ont d’ailleurs pas traîné au Kehrweg, où le Standard a ouvert le score peu avant le quart d’heure.

Le gardien local Ortwin De Wolf se croyait pourtant sauvé lorsque la reprise du genou de Selim Amallah sur un centre de Mehdi Carcela s’écrasa sur la transversale.

Mais la phase se poursuivit, et un tir dévié de Paul Mpoku termina finalement sa course au fond des filets, via Andreas Beck (0-1).

Un goal très important, d’autant que l’AS Eupen ne se montrait pas en mesure de porter le fer dans la surface d’Arnaud Bodart.

C’est même au contraire Carcela, bien servi par Mpoku mais maladroit à la conclusion (32e) et - surtout - Renaud Emond, dont le poteau renvoya l’envoi (35e), qui furent le plus près d’alimenter le marquoir.

On se doutait que le Standard risquait de regretter ces occasions manquées par la suite, et c’est effectivement ce qui arriva.

A la 57e, en effet, Jon Bautista céda le ballon latéralement à Nils Schouterden, dont la frappe du gauche ne laissa aucune chance à Bodart (1-1).

Tout était à refaire pour le Standard, qui procéda peu après à un double changement, Maxime Lestienne et Obbi Oulare remplaçant respectivement Amallah et Mpoku, dans l’espoir de reprendre le dessus.

Mais la KAS tenait à son point, et Schouterden aurait même pu lui offrir les trois en exploitant un assist de Danijel Milicevic à la 75e.

Son redoutable tir passa cette fois à côté.

Yuta Toyokawa entra ensuite à son tour jeu à la 84e, pour tenter d’arracher la décision sur le fil.

Le Japonais sollicita d’ailleurs aussitôt Bodart au terme d’un effort personnel qu’il aurait peut-être dû un peu prolonger.

Eupen avait laissé passer sa chance.

Le Standard aussi, pensait-on, lorsqu’une action des deux rentrants, Lestienne et Oulare, échoua sur le cadre à la 90e plus un.

C’était compter sans le sauveur de service Samuel Bastien, qui arracha en effet la victoire à la 90e plus trois après un centre de Lestienne repoussé tant bien que mal et plutôt mal que bien dans ses pieds par Olivier Verdon.

Le Standard, qui totalise désormais 30 points, ne perd pas de terrain sur Bruges (36 points), et reprend au moins provisoirement la 2e place à La Gantoise (28 points).

Eupen est 12e avec 16 points.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10852191-011

    Coronavirus: que faire si l’on a des symptômes?

  2. La récente dénonciation de certains abus a mis en évidence un manque d’informations chez les étudiants sur leurs droits et sur les structures d’aide existantes.

    Les universités renforcent leurs dispositifs anti-harcèlement

  3. PHOTONEWS_10669380-007

    Rensenbrink ou l’élégance rare du footballeur en smoking

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite