Les garde-côtes italiens secourent 143 migrants

Les garde-côtes italiens secourent 143 migrants
Belga

Les garde-côtes italiens ont secouru 143 migrants dont l’embarcation avait chaviré au large de l’île de Lampedusa, ont-ils annoncé samedi. C’est un citoyen local qui avait signalé aux autorités la présence d’un bateau de 10 m de long chargé de plus de 100 personnes dans les eaux méditerranéennes.

Peu après le signalement, l’embarcation avait chaviré, sans doute à cause de la météo rude et des conditions de navigation difficiles.

Les gardes-côtes ont pu secourir 143 personnes et les amener au port de Lampedusa à bord de quatre navettes. Ils n’ont pas rapporté de décès.

Des témoins parmi les rescapés ont affirmé après leur sauvetage qu’une vingtaine d’entre eux manquait à l’appel. Deux hommes en particulier, un Érythréen et un Libyen, ont affirmé avoir perdu leurs épouses, selon les médias italiens.

En plus des patrouilleurs, qui poursuivaient leurs recherches samedi soir, deux avions de l’Agence européenne de garde-frontière (Frontex) et de la marine italienne survolaient la zone.

Dimanche soir, « aucun corps n’avait été aperçu », selon les gardes-côtes.

Les forces de l’ordre fouillaient également la côte de Lampedusa dans l’hypothèse où des migrants auraient pu la rejoindre à la nage.

Sur le même sujet
ImmigrationLampedusa
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite