L’US Navy défie Trump: «Un tweet n’est pas un ordre formel du président»

Donald Trump.
Donald Trump. - AFP

L’US Navy a décidé de défier Donald Trump et de poursuivre la procédure entamée jeudi pour exclure de son unité d’élite, les « Navy Seals », un sous-officier américain déchu de son grade après avoir été accusé de crimes de guerre.

L’examen par un panel d’officier du cas d’Edward Gallagher et de trois autres Navy Seals non identifiés pour décider de leur maintien au sein des Seals « se poursuit », a indiqué ce samedi à l’AFP un haut responsable du Pentagone s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

L’US Navy a annoncé mercredi l’ouverture d’une procédure interne pour décider notamment si Edward Gallagher, dont le cas a notamment été défendu par la chaîne de télévision Fox News, très suivie par Donald Trump, peut rester au sein de cette unité très respectée de l’US Navy.

► Donald Trump gracie plusieurs militaires américains accusés de crimes de guerre

Edward Gallagher avait été reconnu coupable, lors d’une mission en Irak en 2017, d’avoir posé à côté du corps du jeune homme en compagnie d’autres soldats, une photo de groupe de nature à « porter préjudice aux forces armées » d’après l’acte d’accusation, et dégradé d’un rang, une sanction qui réduisait sa solde et sa retraite.

Grâcié par Trump

Le 11 novembre, M. Trump a gracié un ex-soldat américain condamné pour meurtre et un autre accusé d’avoir assassiné à l’arme blanche un taliban, en dépit des critiques d’anciens responsables militaires américains. Il a également annulé la décision de la justice militaire de rétrograder Edward Gallagher. Jeudi, M. Trump était de nouveau intervenu sur Twitter en faveur de Gallagher. « La Navy ne va PAS retirer son Trident au Navy Seal Eddie Gallagher », a tweeté le président en référence au prestigieux insigne que portent les soldats des commandos de la Marine américaine.

Le secrétaire américain à la Navy, Richard Spencer, a démenti samedi avoir menacé de démissionner pour protester contre les interventions du président américain dans cette affaire, comme l’affirmaient plusieurs médias américains.

« Contrairement à une croyance populaire, je suis toujours là. Je n’ai pas menacé de démissionner », a déclaré M. Spencer lors d’un forum sur la sécurité à Halifax (Canada). « Nous sommes là pour parler des menaces externes et Eddie Gallagher n’en est pas une ».

Le chef de l’US Navy a précisé qu’il ne considérait pas qu’un tweet soit un ordre formel du président qui est, selon la constitution américaine, commandant en chef des forces armées. « J’ai besoin d’un ordre formel pour agir », a-t-il indiqué à des journalistes en marge du forum.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite