Enfin une solution pour le stade national? La Wallonie propose Tubize pour accueillir l’enceinte

photo news
photo news

Le ministre wallon des Infrastructures sportives, Jean-Luc Crucke, estime que Tubize constitue un lieu idéal pour la construction du stade national. « C’est aux portes de Bruxelles, et de toute sa symbolique. L’autoroute y passe, un contournement est en passe d’y être réalisé, et on est bien placé entre les deux grands aéroports proches que sont Zaventem et Charleroi », énumère M. Crucke dans la DH.

Le ministre wallon voit en outre l’opportunité de travailler avec la Flandre sur un tel projet. Les très nombreux hectares encore disponibles sont à cheval sur les deux Régions et la future infrastructure pourrait donc très bien déborder sur le territoire de Hal, souligne le quotidien. « Dès que le gouvernement fédéral est installé, nous devons avancer dans ce dossier », insiste M. Crucke.

« Pour 2023 »

La semaine dernière, Manu Leroy, le directeur marketing de l’Union belge, avait indiqué dans nos colonnes que la Fédération espérait que le stade national aboutisse à l’horizon de l’année 2023. « Nous avons décidé de nous montrer pragmatiques plutôt que de rester dans les vœux pieux. Il fallait une solution où l’on pouvait avancer rapidement. Aujourd’hui, tous les partis politiques sont unanimes sur l’idée d’un lifting du stade Roi-Baudouin. Lorsque le gouvernement fédéral sera formé, le dossier sera rapidement mis sur la table, en compagnie des autres entités du pays. Le monde politique s’est engagé en ce sens. Pour 2023, on devrait pouvoir faire aboutir le projet. »

Le centre d’entraînement des Diables rouges est déjà installé à Tubize et la fédération belge de cyclisme y a fait construire son nouveau siège.

La saga autour du stade national dure depuis plusieurs années et la lenteur à dégager une solution autour de ce stade contraste avec les résultats engrangés ces dernières années par l’équipe nationale de football. Les Diables viennent en effet de boucler sans accroc la campagne de qualifications à l’Euro 2020, une compétition qui se disputera dans douze villes européennes, de Bakou à Dublin, mais sans escale belge…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur la chaussée de Haecht, épicentre de la communauté belgo-turque de Bruxelles, on affiche aux les couleurs du drapeau.

    Saint-Josse: en «petite Anatolie», la déloyauté à Ankara reste un risque à prendre

  2. Le port du masque est désormais obligatoire pour chaque activité extérieure - ici, un vendeur de poissons et de tortues à Wuhan.

    Coronavirus: «On doit être vigilants, mais pas inquiets»

  3. «
Entre les peshmergas (photo) et l’armée irakienne, l’Etat islamique. Qui est en train de se réorganiser.
»

    Tels des ours sauvages dans les tanières de l’Etat islamique en Irak

La chronique
  • Pourquoi {une tête}, mais {un tête-à-tête}?

    Il est des questions de langue que des francophones natifs ne se posent guère, mais sur lesquelles des apprenants buttent. Dont celle-ci qui, je l’avoue, ne m’était jamais venue à l’esprit : pourquoi le composé tête-à-tête est-il un nom masculin, alors que tête est du genre féminin ? La pertinence de ce rapprochement saute aux yeux, mais est-ce une bonne manière d’aborder le problème ? Comment se détermine le genre des composés ? Vaste question, à traiter sans trop de prise de tête.

    Un bracelet-montre, mais une montre-bracelet

    Comme le précise Le bon usage (2026, § 178), une distinction est à faire entre deux types de composés. Il y a ceux dont le noyau est interne au composé lui-même : oiseau-mouche, un oiseau (noyau) qui, par sa taille, évoque une mouche ; voiture-bélier, une voiture (noyau) utilisée comme bélier ; wagon-restaurant, un wagon (noyau) aménagé pour servir de restaurant. La relation entre les...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite