Elections locales à Hong Kong: participation record après des mois de contestation

Les élections attirent la foule, comme ici à South Horizons.
Les élections attirent la foule, comme ici à South Horizons. - AFP

Un nombre record de Hongkongais se sont mobilisés dimanche pour les élections locales, la mouvance pro-démocratie entendant utiliser les urnes pour accroître la pression sur les autorités de l’ex-colonie britannique, théâtre depuis juin d’une contestation sans précédent.

Un peu partout dans la région semi-autonome, de longues files d’attente se sont formées très tôt aux abords des bureaux de vote, alors qu’une forte participation devrait avantager le camp pro-démocratie.

La commission électorale a annoncé que 47,26 % des 4,13 millions d’inscrits avaient voté à 15H30, heure locale. Il s’agissait déjà d’un record de participation, alors que les bureaux de vote demeuraient encore ouverts pendant sept heures.

En temps normal, ces élections locales qui portent sur des questions de vie quotidienne comme la collecte des ordures ménagères ne soulèvent pas l’enthousiasme. Mais l’heure n’est plus à la normalité dans un territoire qui vit sa crise politique la plus grave depuis son retour dans le giron de Pékin en 1997, avec des manifestations et actions de plus en plus violentes pour exiger notamment des réformes démocratiques.

Servir la cause des pro-démocratie

Certains politologues estiment qu’une forte participation peut servir la cause des pro-démocratie, qui ont fait de ce scrutin un référendum contre la cheffe de l’exécutif Carrie Lam et son gouvernement aligné sur Pékin se refusant à toute concession aux manifestants.

Cette élection n’a pas qu’une valeur symbolique car six sièges du Conseil législatif (« LegCo », le Parlement hongkongais), qui sera renouvelé l’an prochain, se joueront entre des candidats provenant des conseils de district. Et ces conseils enverront en outre 117 de leurs membres au collège électoral de 1.200 personnes, contrôlé par Pékin, chargé de désigner le chef de l’exécutif.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite