Accueil Économie

Droits humains vs multinationales: «Les États européens ne veulent pas d’un traité contraignant»

La première session publique sur l’élaboration d’un texte protégeant les droits humains, s’est tenue cette semaine. Jérôme Chaplier (CNCD) l’a suivie. La Belgique notamment s’est distinguée par la stratégie de la chaise vide.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 4 min

Durant trois jours à Genève, les représentants de nombreux pays ont débattu de l’élaboration d’un traité contraignant protégeant les droits humains (sociaux, économiques, environnementaux, etc.) et s’appliquant aux multinationales, au sein du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Le simple fait que ces échanges se tiennent, était déjà une victoire pour les pays du Sud et pour quelque 200 ONG. Pour le CNCD (Centre national de coopération au développement ), Jérôme Chaplier a suivi la partie publique des échanges, qui s’est clôturée ce jeudi.

Comment s'est déroulée cette première session?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs