Accueil Culture Scènes

«Le dernier salut» ou le chant du cygne de comédiens migrateurs

Après « Trop de Guy Béart » et « Walking Thérapie », Nicolas Buysse nous emmène de nouveau crapahuter dans la ville. En compagnie cette fois de trois artistes au soir de leur carrière.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

On les sent légèrement intimidés. Eux qui ont passé toute leur vie à se mettre en danger devant les salles bondées du Théâtre national, ces vieux routards de la scène belge semblent soudain déboussolés au moment de chausser casque et micro pour sortir dans la rue et faire des essais dans ce théâtre imprévisible qu’est la ville. Derniers représentants d’une espèce qui s’éteindra avec eux – comédien à l’année –, Jean-Pierre Baudson et Alfredo Cañavate (le troisième larron, Patrick Donnay, avait d’autres engagements ce jour-là) s’apprêtent à goûter à la réalité plus âpre des arts de la rue.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs