HP dit une nouvelle fois non à Xerox

"Nous réitérons notre rejet de la proposition de Xerox qui sous évalue significativement HP", écrit le PDG de l'entreprise, Enrique Lores, dans la lettre adressée à son homologue de Xerox, John Visentin.

HP qualifie l'offre d'"incertaine" et souligne en particulier qu'il n'est pas certain que Xerox, qui a donné ses lettres de noblesse à la photocopie moderne, puisse lever les fonds nécessaires pour honorer la partie en numéraire de son offre de quelque 33 milliards de dollars.

HP juge également que le poids de la dette, trop imposant, pourrait aussi peser sur l'avenir de la nouvelle entité.

Le 21 novembre, Xerox avait haussé le ton et donné un ultimatum à HP. "A moins que nous ne nous mettions d'accord sur une fusion amicale avant 17 heures (heure de New York) le lundi 25 novembre 2019, Xerox s'adressera directement à vos actionnaires pour les convaincre du bien-fondé de l'opération", menaçait M. Visentin dans un courrier.

Xerox a proposé début novembre à HP de racheter l'entreprise pour 22 dollars par titre, ce qui correspond à quelque 33 milliards de dollars. Mais HP, né de la scission de Hewlett-Packard, avait déjà rejeté l'offre dimanche dernier rejeté dimanche, la jugeant insuffisante et pas dans le meilleur intérêt de ses actionnaires.

HP réalise aujourd'hui un chiffre d'affaires presque six fois plus élevé que Xerox pour une capitalisation boursière trois fois plus importante à environ 29 milliards de dollars, contre 8 milliards.

Selon le Wall Street Journal, l'investisseur activiste Carl Icahn ferait pression en faveur d'une fusion avec Xerox, convaincu qu'une combinaison des deux fabricants d'imprimantes pourrait générer d'importants bénéfices pour les investisseurs.

La lettre de rejet envoyée ce 24 novembre par HP à Xerox est copiée au PDG de Icahn Enterprises, Keith Cozza, également président du conseil d'administration de Xerox.

M. Icahn a récemment pris une participation au capital de HP et est également le premier actionnaire de Xerox, selon le cabinet Factset.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  2. @News

  3. PHOTONEWS_10852191-011

    Coronavirus: que faire si l’on a des symptômes?

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite