Equipe de l’année: Hazard, De Bruyne et Vertonghen parmi les nommés

@News
@News

Eden Hazard, Kevin De Bruyne et Jan Vertonghen font partie des 50 joueurs nommés par l’UEFA (Union européenne de football) pour figurer dans l’Equipe de l’année.

Eden Hazard, vainqueur de l’Europa League avec Chelsea avant son transfert au Real Madrid, est nommé parmi les attaquants, où il est en concurrence, notamment, avec Lionel Messi, Cristiano Ronaldo, Mohammed Salah et Kylian Mbappé.

De Bruyne est un des médians nommés, au même titre que, entre autres, Frenkie de Jong, Angel Di Maria et Hakim Ziyech. Jan Vertonghen est pour sa part un des défenseurs nommés, tout comme Virgil van Dijk et Matthijs de Ligt.

Liverpool, vainqueur de la Ligue des champions, est le club le mieux représenté avec dix joueurs nominés. La moitité des nominés viennent de la Premier League, ce qui semble logique vu que les deux dernières finales de Coupe d’Europe (C1 et Europa League) avaient opposé des clubs anglais.

Les nommés

Gardiens : Alisson Becker (Bré/Liverpool), Ederson (Bré/Manchester City), Jan Oblak (Sln/Atlético Madrid), André Onana (Kam/Ajax), Marc-André Ter Stegen (All/FC Barcelone)

Défenseurs : Jordi Alba (Esp/FC Barcelone), Trent Alexander-Arnold (Ang/Liverpool), César Azpilicueta (Esp/Chelsea), Daley Blind (P-B/Ajax), Matthijs de Ligt (P-B/Ajax-Juventus), José Gimenez (Uru/Atlético Madrid), Joshua Kimmich (All/Bayern Munich), Kalidou Koulibaly (Sen/Naples), Aymeric Laporte (Fra/Manchester City), Gerard Piqué (Esp/FC Barcelone), Sergio Ramos (Esp/Real Madrid), Andy Robertson (Eco/Liverpool), Nicolas Tagliafico (Arg/Ajax), Virgil van Dijk (P-B/Liverpool), Jan Vertonghen (BEL/Tottenham)

Milieux : Thiago Alcantara (Esp/FC Barcelone), Kevin De Bruyne (BEL/Manchester City), Frenkie de Jong (P-B/Ajax-FC Barcelone), Angel Di Maria (Arg/PSG), Fabinho (Bré/Liverpool), Bruno Fernandes (Por/Sporting Portugal), Jordan Henderson (Ang/Liverpool), Jorginho (Ita/Chelsea), N’Golo Kanté (Fra/Chelsea), Fabian Ruiz (Esp/Naples), David Silva (Esp/Manchester City), Bernardo Silva (Por/Manchester City), Donny van de Beek (P-B/Ajax), Georginio Wijnaldum (P-B/Liverpool), Hakim Ziyech (Mar/Ajax)

Attaquants : Sergio Agüero (Arg/Manchester City), Pierre-Emerick Aubameyang (Gab/Arsenal), Roberto Firmino (Bré/Liverpool), Serge Gnabry (All/Bayern Munich), Eden Hazard (BEL/Chelsea-Real Madrid), Harry Kane (Ang/Tottenham), Robert Lewandowski (Pol/Bayern Munich), Sadio Mané (Sen/Liverpool), Kylian Mbappé (Fra/PSG), Lionel Messi (Arg/FC Barcelone), Cristiano Ronaldo (Por/Juventus), Mohamed Salah (Egy/Liverpool), Heung-Min Son (ZKo/Tottenham), Raheem Sterling (Ang/Manchester City), Dusan Tadic (Ser/Ajax)

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  2. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

  3. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite