Ligue des champions: Liverpool près du but, Witsel et Thorgan Hazard veulent faire douter Barcelone

@News
@News

Liverpool reçoit Naples mercredi (21h00) avec une revanche à prendre et une qualification pour les huitièmes de finale de Ligue des champions à assurer, un objectif que convoite également Barcelone face au Borussia Dortmund.

À Anfield, les Reds de Jürgen Klopp, avec Divock Origi, ont une revanche à prendre sur le Napoli de Dries Mertens victorieux de la manche aller (2-0) début septembre. En cas de succès, le champion d’Europe en titre ferait coup double : qualification et première place du groupe E assurées.

Un bras de fer stérile entre Liverpool et Naples pourrait également qualifier les Anglais, si dans le même temps Salzbourg ne s’impose pas à Genk.

Le rapport de force actuel penche plus en faveur du club de Sadio Mané et Virgil van Dijk, impérial en Premier League, face à une équipe napolitaine en plein doute, incapable de gagner le moindre match dans le mois écoulé.

Autre équipe proche du but, le FC Barcelone de Messi peut aussi assurer sa présence au prochain tour en cas de victoire face à Dortmund (Axel Witsel et Thorgan Hazard).

À l’aller, les Allemands avaient tenu tête aux Espagnols (0-0). En Catalogne, ils ne devront pas faiblir car l’Inter Milan et Romelu Lukaku restent en embuscade, trois points derrière eux.

S’ils veulent conserver l’espoir d’une qualification, les Italiens doivent s’imposer en République tchèque contre le Slavia Prague, lanterne rouge qui l’avait éteint à San Siro (1-1).

Lyon, avec Jason Denayer, peut valider son ticket pour la seconde année consécutive en 8e de finale à condition de battre le Zénit à Saint-Pétersbourg. Déjà éliminé, Lille reçoit l’Ajax pour relever la tête, après trois défaites et un match nul qui ont quasiment plombé ses chances d’être reversé en Europa League.

Le suspense reste entier dans ce groupe H où Amsterdam, Chelsea (Michy Batshuayi) et Valence partagent 7 points chacun. Lauréats de la dernière Europa League, les Anglais n’auront pas le droit à l’erreur à Valence.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Carolos et Brugeois (ici Dessoleil et Vormer) ne se sont plus affrontés depuis un peu plus d’un an et un succès des Zèbres (0-1, but d’Angella) au Jan Breydelstadion.

    Par Maxime Stévenne

    Charleroi

    Bruges au Mambourg, cinq mois plus tard…

  • Ed Woodward et Sir Alex Ferguson.

    Par Rocco Minelli

    Angleterre

    Ed Woodward, le diable de Manchester United

  • @News

    Par François Laurent (avec Ma.St. et VJ)

    Charleroi

    Mata est entré dans une nouvelle dimension

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite