Vision de la Belgique, énergie, immigration... : l’essentiel de la note de Magnette

Vision de la Belgique, énergie, immigration... : l’essentiel de la note de Magnette

L’informateur Paul Magnette poursuit ses travaux dans la discrétion. Des « fuites » ont lieu dans divers médias ayant trait à des notes de travail discutées entre les dix partis concernés. Du côté de l’informateur, on refuse de commenter.

Pour notre part, nous avons pu prendre connaissance d’une note de travail complète, dont nous livrons ici l’essentiel.

En matière socio-économique :

– L’extension de la réduction des cotisations sociales pour les deuxième et troisième emplois, en faveur des petites et moyennes entreprises.

– L’augmentation des bas salaires et du salaire minimum, en concertation avec les partenaires sociaux.

– La création d’un cadastre des mesures d’aide à l’emploi.

– Un soutien accru à la formation continue.

– L’instauration d’un droit à la reconversion professionnelle, notamment via la formation.

– L’extension de la flexibilité des horaires dans les secteurs en pénurie (notamment dans l’e-commerce).

– La réforme de la lutte contre le dumping social.

– L’amélioration de la compétitivité via le renforcement de la productivité des travailleurs.

Au chapitre transition écologique :

– La pérennisation du Pacte national d’investissements stratégiques.

– L’accélération dans l’isolation des bâtiments publics.

– Des investissements dans la SNCB et Infrabel.

– Un plan de lutte contre l’obsolescence programmée et pour le développement de l’économie circulaire.

– La rénovation du parc de voitures de société avec l’objectif 0 % d’émissions polluantes en 2030.

– Le renforcement du budget Mobilité.

– L’objectif 0 % d’émissions polluantes imposé progressivement aux taxis et aux autobus.

– La baisse de la TVA à 6 % pour la destruction et la rénovation de bâtiments, la mesure sera étendue à tout le territoire belge.

– Une taxe sur les billets d’avion, sur le modèle suédois.

Cohésion sociale et lutte contre la pauvreté :

– L’individualisation progressive des droits.

– La hausse de la pension minimum à 1500 euros.

– La garantie de la dotation d’équilibre pour la sécurité sociale, pérennisée sur base annuelle.

– Garantir également la norme de croissance des soins de santé sur la base des prévisions du Bureau du Plan.

– La conclusion d’accords contraignants avec l’industrie pharmaceutique pour garantir l’accessibilité et la disponibilité des médicaments.

– La lutte contre la surconsommation, notamment via le développement des génériques.

– La revalorisation des allocations de garantie des revenus pour les travailleurs à temps partiel avec charge de famille.

– Un chèque énergie pour alléger la facture des ménages en cas de hausse des prix, en tenant compte des conditions sociales particulières.

Justice-sécurité :

– Refinancer la police et la Justice.

– Révision de la norme KUL de financement des zones de polices, avec augmentation des budgets alloués aux zones de police.

– La lutte contre la petite délinquance et la criminalité.

Politique migratoire :

– La mise en œuvre d’une politique d’ouverture à l’immigration pour des raisons professionnelles (immigration économique).

– L’évaluation des politiques relatives au regroupement familial, sur la base des législations des pays voisins.

– Le renforcement de la protection internationale pour les demandeurs d’asile.

– Des procédures d’éloignement du territoire justes, humaines et efficaces, dans le respect de la Convention européenne des droits de l’homme.

– L’interdiction de la détention en centres fermés pour les mineurs d’âge.

– Le développement de solutions alternatives pour les familles avec mineurs.

– La lutte contre le trafic d’êtres humains, notamment pour ce qui concerne les migrants en transit.

L’institutionnel :

– Une évaluation du système institutionnel en vigueur visant à dégager une nouvelle vision de la Belgique, via un débat associant les citoyens, les parlementaires, la société civile, le monde académique, universitaire, les partis.

– Une réflexion ayant trait au système électoral.

– Une réflexion relative à la création d’une circonscription électorale fédérale.

– Une réflexion relative à l’octroi du droit de vote dès 16 ans.

– Garantir l’alternance femmes-hommes sur les listes électorales.

– Une réflexion relative aux suppléances sur les listes électorales.

– Un nouveau Sénat, composé de citoyens, par tirage au sort.

– Une réforme des statuts pécuniaires des élus, notamment les indemnités de sortie.

– L’amplification de la simplification administrative.

– La création d’un Institut des droits humains, relatif notamment aux libertés individuelles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20081230-WAJAEW

    Tests Pisa: les jeunes toujours attirés par les métiers traditionnels à l’heure du numérique

  2. belgaimage-160475252-full

    Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

  3. RTX6XSMA

    Fiscalité: la Belgique gagnerait entre 200 millions et un milliard avec une taxe Gafa

La chronique
  • Coalition fédérale: le casse-tête postélectoral

    La crise politique fédérale est tellement désespérante que l’on finit par se demander comment le système est censé fonctionner. Quels principes a-t-on suivi, avant 2019, pour former un gouvernement ?

    On pourrait croire que la réponse à cette question est simple, mais ce n’est pas le cas. Un seul principe est incontesté, et encore : idéalement, le gouvernement doit disposer d’une majorité parlementaire prête à le soutenir. Mais un gouvernement minoritaire n’est pas interdit, et il existe des exemples en ce sens dans différents pays européens. En outre, la règle arithmétique de la majorité ne nous dit pas quel critère employer pour choisir les partis qui composeront la majorité d’une part et l’opposition d’autre part. Rien n’interdit même d’installer un gouvernement d’union nationale, comme en temps de guerre, composé de la quasi-totalité des partis représentés au parlement, ce qui modifie le sens de la notion de majorité.

    ...

    Lire la suite

  • Pour destituer (vraiment) Trump, il faut une arme de séduction massive

    Dans son dernier essai, Pierre Rosanvallon montre qu’on se trompe lourdement à ne voir dans le populisme qu’une réaction et une envie de dégagisme de citoyens en colère. Pour le sociologue, les populistes offrent une vision cohérente et attractive de la démocratie, de la société et de l’économie. Pour les contrer, il faut développer une offre politique et une vision de la société plus attractives que celle qu’ils proposent.

    Problème profond...

    Lire la suite