Accueil Sports Football Ligue des Champions

Naples: le président, c’est lui, Aurelio De Laurentiis, et pas les joueurs frondeurs

Tandis que les joueurs de Naples affrontent Liverpool ce soir à Anfield, le facteur sonnera deux fois à leur porte avec un pli recommandé les informant d'une saisie sur salaire (brut) pour avoir brossé une mise au vert décidée par la direction. Enfin par le président Aurelio De Laurentiis. Ouvert à la conversation, mais fermé à double tour quand il a pris une décision.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Sports Temps de lecture: 4 min

Le SSC Napoli, c’est lui, Aurelio De Laurentiis. « ADL » pour la commodité des médias auxquels le septuagénaire réserve volontiers ses imprécations ou ses idées révolutionnaires quand bien même il confesse « ne rien y connaître en football. » Il l’a relevé de la banqueroute le 6 septembre 2004 pour 30 millions d’euros « pour m’offrir le luxe de repartir de zéro. »

Ou plutôt de la Serie C (D3) où les « Azzurri » s’étaient enlisés après les fastes maradoniens. Avec Olivier Renard dans les buts et Gian Piero Ventura, future tête de Turc de la « Nazionale ». En 2011, ils participent pour la première fois à la Ligue des champions. C’était le Naples des « Trois Ténors », avec Marek « Marechiaro » (petit port de pêche de la baie de Naples) Hamsik, El « Pocho » Lavezzi et le « Matador » Cavani.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Ligue des Champions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs