Une femme condamnée à un an ferme pour avoir enlevé et caché son enfant pendant près de six ans

Une femme condamnée à un an ferme pour avoir enlevé et caché son enfant pendant près de six ans

Une mère de 53 ans a été condamnée mardi en Meurthe-et-Moselle à un an de prison ferme, sans mandat de dépôt, pour avoir enlevé et caché en France pendant près de six ans son fils né en Australie, où vit le père, a-t-on appris auprès de son avocat.

Cette Française, qui souffre d’une maladie dégénérative et se déplace en fauteuil roulant, a été condamnée par le tribunal correctionnel de Val-de-Briey pour « soustraction d’enfant par ascendant », faits commis entre le 24 septembre 2013 et le 5 juin 2019, a précisé à l’AFP Me Thomas Kremser.

Le tribunal n’a toutefois pas prononcé de mandat de dépôt, ce qui signifie que la quinquagénaire, qui comparaissait détenue, va être « immédiatement » libérée, a ajouté son conseil.

Elle avait rencontré le père de son enfant, au début des années 2000 en Australie, alors qu’elle était étudiante.

Mais en juin 2006, ils se séparent et un tribunal australien confie la garde de l’enfant à la mère, à condition qu’elle réside en Australie.

En 2013, elle obtient l’autorisation de se rendre pendant quelques mois en France à condition d’être de retour en Australie le 24 septembre de la même année.

C’est à la fin de ce séjour, fin septembre, qu’elle rentre dans une sorte de clandestinité avec son enfant, alors âgé de neuf ans : elle le déscolarise et navigue entre Reims et la région de Val-de-Briey, logeant tantôt chez son père, tantôt dans des appartements dont aucun n’est à son nom.

Visée par une commission rogatoire internationale, elle est finalement interpellée le 5 juin 2019 au CHU de Reims, où elle était régulièrement soignée pour sa pathologie, selon Me Kremser.

Elle est placée en détention provisoire et son fils est rapatrié quelques jours plus tard en Australie, où il vit actuellement chez son père.

A la barre, la quinquagénaire a nié avoir prémédité l’enlèvement, expliquant avoir mal réagi à l’annonce de sa maladie, dont le diagnostic a été établi lors du séjour en France.

Elle est restée « dans sa bulle » et, « les années passant, a voulu garder son fils » pour elle, a rapporté Me Kremser, pour qui sa cliente « ne va pas bien du tout psychologiquement ».

Le conseil envisage de saisir le juge des affaires familiales australien pour qu’elle puisse obtenir un droit de visite dans ce pays, a-t-il expliqué.

Sur le même sujet
FranceAustralie
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. Il y a trois grands émetteurs de titres-repas sur le marché belge 
: Sodexo, Edenred et Monizze.

    Le nombre de bénéficiaires de chèques-repas en hausse de 20% en cinq ans

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • «L’accord du siècle» au Proche-Orient: Trump au chevet de Netanyahou

    Donald Trump a enfin rendu public ce 28 janvier son « deal of the century » (accord du siècle) censé mettre fin au conflit israélo-palestinien. Les fuites n’avaient pas manqué et elles insinuaient que le beau-fils du président US, Jared Kushner, chargé de concocter ce plan, avait pris le parti de favoriser jusqu’à la caricature les options chères au Premier ministre israélien sortant, Binyamin Netanyahou. Question d’affinités. La divulgation des clauses du plan confirme ce pressentiment.

    ...

    Lire la suite