Charles Michel à la tête du Conseil européen: découvrez les grandes nouveautés de ce 1er décembre

Charles Michel à la tête du Conseil européen: découvrez les grandes nouveautés de ce 1er décembre
Belga

Deux grandes nouveautés entreront en vigueur à partir de ce 1er décembre, dont la prise de fonction de Charles Michel. L’ex-Premier ministre prend ce dimanche la présidence du Conseil européen, le cénacle des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne.

Choisi par ses pairs en juillet dernier au terme d’un partage laborieux des hautes fonctions européennes, l’ex-Premier ministre succède au Polonais Donald Tusk (2014-2019) et à un autre Belge, Herman Van Rompuy (2010-2014), pour un mandat de deux ans et demi jusqu’au 31 mai 2022, renouvelable une fois.

Ses priorités iront à la lutte contre le changement climatique, au développement économique (commerce, entreprises innovantes) ou encore à une Europe de la défense forte au sein de l’Otan.

C’est également ce 1er décembre que la nouvelle Commission européenne devrait prendre ses fonctions, avec à sa tête l’Allemande Ursula von der Leyen. Le Parlement européen doit donner son feu vert, ce mercredi, à l’ensemble de l’équipe, qui sera dépourvue de commissaire britannique. Didier Reynders devrait devenir commissaire à la Justice, en charge de l’Etat de droit et de la Protection des consommateurs.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le duo d’informateurs, Joachoim Coens et Gerorges -Louis Bouchez, à leur arrivée chez le roi ce lundi.

    Coalition fédérale: PS et N-VA ne se rapprochent pas mais ne se quittent plus

  2. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

  3. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite