Ursula Von der Leyen: «Je demande votre soutien pour un nouveau départ de l’Europe»

Ursula Von der Leyen: «Je demande votre soutien pour un nouveau départ de l’Europe»
Photo News

La présidente élue de la nouvelle Commission européenne, l’Allemande Ursula von der Leyen, a présenté mercredi matin au Parlement européen son collège de 26 commissaires (sans Britannique) et ses objectifs pour les cinq années à venir, choisissant d’évoquer d’abord très largement la question du climat, avec le « Green Deal » confié aux mains de son premier vice-président Frans Timmermans.

Dans un discours large et consensuel, elle a appelé les eurodéputés à travailler « ensemble » pour une Europe courageuse et audacieuse. « Je demande votre soutien pour un nouveau départ de l’Europe », a-t-elle lancé aux parlementaires réunis à Strasbourg, qu’elle a promis de « continuer d’écouter ». » Commençons à travailler », a-t-elle proposé, alors qu’elle doit recevoir dès midi le vote d’investiture nécessaire à son entrée en fonction ce week-end (1er décembre).

Elle a besoin d’une majorité simple de la part des eurodéputés, et les voix des trois principaux groupes politiques de l’assemblée, qui la soutiennent (PPE, Renew et S&amp ; D), lui suffisent. La quatrième formation du Parlement en nombre de sièges, celle des Verts/ALE, a quant à elle réitéré mercredi ses critiques, visant notamment les portefeuilles du Français Thierry Breton et du Hongrois Olivér Várhelyi. Le groupe écologiste ne votera pas, en milieu de journée, en faveur de la Commission Von der Leyen, a répété sa co-présidente Ska Keller. Ils promettent cependant d’être un « partenaire constructif mais critique », « prêt à coopérer » sur les textes qui vont, selon eux, dans la bonne direction. Celle d’un engagement concret pour la lutte contre le réchauffement et pour une gestion humaine de l’immigration, entre autres.

« L’UE va introduire le financement climatique dans tous ses budgets », avait affirmé Ursula von der Leyen un peu plus tôt. Quant à la migration, « une Europe qui est tellement fière de ses valeurs doit pouvoir trouver une solution humaine et efficace », a-t-elle estimé sans s’avancer plus avant.

L’ancienne ministre allemande de la Défense a présenté chaque membre de son collège comme étant « la bonne personne pour le bon boulot ». Les 26 commissaires de Von der Leyen comprennent Didier Reynders, toujours ministre des Affaires étrangères et de la Défense du gouvernement belge en affaires courantes, et Thierry Breton, premier ex-grand patron à devenir membre de l’exécutif européen.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Rensenbrink, sourire timide et Soulier d’or 1976. @Photo News

    Avec Robbie Rensenbrink, Anderlecht dit adieu à son icône des seventies

  2. TOPSHOT-CHINA-HEALTH-VIRUS

    Coronavirus en Belgique: «Il ne faut pas céder à la panique, on est prêts»

  3. «
Je suis faite de cette féminité exubérante et révolutionnaire et de quelque chose de méditerranéen qui est plus terrien et ancestral.
»

    Monica Bellucci au «Soir»: «J’ai mis ma beauté au service du cinéma»

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Affaire Nethys: parole de consultant, parole d’évangile?

    Quand je serai grand, je ferai consultant » : c’est le tweet d’un de nos confrères de l’Echo, qui publiait ce vendredi les sommes versées par Nethys à McKinsey ces cinq dernières années. C’est la nouvelle présidente d’Enodia, actionnaire de Nethys, la socialiste Julie Fernandez Fernandez, qui révélait les vingt millions d’euros payés au consultant entre 2014 et 2019. Un chiffre qui n’est pas définitif puisque McKinsey est à l’œuvre depuis bien plus longtemps aux côtés des ex-dirigeants liégeois. La présidente...

    Lire la suite