«Paul Magnette veut un gouvernement sans la N-VA»: la note de l’informateur vue par la presse flamande

«Paul Magnette veut un gouvernement sans la N-VA»: la note de l’informateur vue par la presse flamande
Belga

La note de l’informateur Paul Magnette a fuité dans la presse. Le Soir a notamment pu se procurer ce document remis au Roi le 18 novembre. Le président des socialistes veut former « un gouvernement pour tous les Belges ». Or, à travers cette note qui se veut « progressiste » et particulièrement sociale, la N-VA est sans équivoque exclue de cette coalition fédérale, pointe la presse flamande.

« Cette note ne construit aucun pont vers la N-VA, c’est le moins que l’on puisse dire, mais aussi, vis-à-vis de l’Open VLD, nécessaire pour un arc-en-ciel », souligne ce mercredi De Morgen, rappelant le caractère provisoire de ce document.

Pour De Standaard, le constat est clair comme de l’eau de roche. Face à un programme migratoire radicalement différent, à l’absence total de communautaire sur la table et l’absence quasi-totale de points de centre-doite : « La N-VA ne sait rien faire. Pour l’Open VLD, ce n’est pas non plus la fête. »

« Vers un arc-en-ciel »

« Le chapitre consacré à la migration rompt clairement avec la politique de Theo Francken », écrit encore De Standaard. Les mesures proposées par Paul Magnette portent effectivement bien peu la patte de Bart De Wever et les siens : les accents mis sur le social et le climat davantage que sur la migration. Les visites domiciliaires sont exclues, l’enfermement des enfants en centre fermé aussi.

Social, climat, migrations, vision de la Belgique… L’informateur laisse effectivement « peu de place à la N-VA », surenchérit Het Nieuwsblad, indiquant que sa note d’une soixantaine de pages est « en train de passer à l’arc-en-ciel. »

Ce document ne représente pas un programme de gouvernement mais un ensemble de propositions autour desquelles Paul Magnette tente de réunir le plus grand nombre de partis, afin de passer, s’il y parvient, le relais à un formateur – ou une formatrice – qui sera chargé.e de constituer le gouvernement fédéral.

Sur le même sujet
PolitiquePaul MagnettePS
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  2. Avec ses 215 millions d’hectares de forêt et 36 millions d’hectares de terres boisées, l’Europe (ici au Portugal, l’été passé) pourrait, disent certains, connaître aussi ses «
méga-feux
». © Reuters/Rafael Marchante

    Le réchauffement accroît les risques d’incendies aussi en Europe

  3. Douze pays étaient représentés pour chercher une issue pacifique à cette guerre : Russie, Egypte, Turquie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Arabie Saoudite, Emirats arabes Unis, Congo, Qatar, Algérie, Italie et France ainsi que les deux belligérants libyens.

    Accord très fragile pour une paix durable en Libye

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite