Présidence de la RTBF: ça coince entre MR et Ecolo

Richard Miller.
Richard Miller. - Mathieu GOLINVAUX.

Le nouveau conseil d’administration de la RTBF tarde à se mettre en place. Il devait être installé le 22 novembre. Puis ce vendredi 29 mais, élection présidentielle au MR oblige, tous les administrateurs MR ne pouvaient être présents. Finalement, ce sera le 6 décembre. Ce qui coince ? L’identité du futur président. Deux partis de la majorité revendiquent le poste. La logique, estime le MR, voudrait que la présidence du CA de la RTBF lui revienne, sachant que l’administrateur général de la RTBF, Jean-Paul Philippot, est étiqueté PS tout comme le président du CSA, Karim Ibourki, et que la ministre des Médias, Bénédicte Linard, est Ecolo. Pour occuper ce poste, le MR a choisi Richard Miller, ancien administrateur de la RTBF et ancien ministre de l’Audiovisuel. Sauf que, selon nos informations, Ecolo ne l’entend pas de cette oreille et revendique lui aussi le poste.

En réalité, les discussions autour du renouvellement de cette présidence dépassent la seule RTBF. Elles font partie d’un grand marchandage autour d’une série de nominations qui doivent intervenir dans le périmètre de compétence de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Plusieurs CA d’organismes d’intérêt public doivent en effet être renouvelés pour mieux refléter les nouveaux équilibres politiques issus des dernières élections. Outre celle de la RTBF, il y a au moins la présidence du CA de l’ONE (l’office de la naissance et de l’enfance) et la présidence de WBE (Wallonie-Bruxelles enseignement) à attribuer. Il faudra donc attendre un accord global pour savoir qui présidera la RTBF. Les négociateurs veulent aboutir pour le 6 décembre au plus tard.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous