Accueil Élections 2019

Coalition fédérale: Didier Reynders suggère de mettre l’institutionnel de côté

Didier Reynders estime que ce serait préférable d’avoir un gouvernement avec une majorité la plus large possible.

Journaliste au service Web Temps de lecture: 1 min

Le bientôt futur ex-ministre belge Didier Reynders prendra dès dimanche le poste de commissaire à la Justice. Au portefeuille de la Justice, M. Reynders sera aussi en charge du respect de l’État de droit dans les États membres. Il propose que soit établi un rapport annuel pour chaque pays.

Invité sur La Première, Didier Reynders explique le rôle qu’il a joué avec Johan Vande Lanotte lorsqu’ils étaient préformarteurs. Il constate qu’ils avaient avancé sur des thèmes et que ce sont les mêmes qui sont actuellement sur la table. À ce moment-là, il était également clair qu’il n’était pas possible de faire un gouvernement sans la N-VA, a répété le libéral.

Une des solutions pour Didier Reynders, ce serait de laisser l’institutionnel de côté et de se concentrer sur les thèmes sociaux-économiques, le climat. Reste les divergences, la migration et le débat institutionnel.

« Il vaudrait mieux la majorité la plus large possible aussi bien du côté flamand », préconise Didier Reynders

On doit débattre de l’institutionnel en parallèle mais au calme, conclut Didier Reynders.

À lire aussi Paul Magnette décoche un programme N-VA-incompatible

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par Gabriel Jacqueline, vendredi 29 novembre 2019, 17:45

    quels sont les intérêts en jeu pour justifier ces discussions de bacs à sable?

  • Posté par Segers Joseph, jeudi 28 novembre 2019, 17:47

    Pour quoi ne pas expliquer ce que c'est un confedération!!peut-etre que flaments s'y retrouverais et la wallonie aussi un partage est souvent la solution!!

  • Posté par Lambotte Serge, jeudi 28 novembre 2019, 10:51

    Il ne s'occuperait pas plutôt de l'Europe,il va encore tout embrouiller.

  • Posté par Van Obberghen Paul, jeudi 28 novembre 2019, 10:37

    Tout le respect qu'il se doit pour Didier Reynders ne m'empèchera pas de dire qu'en l'occurence, il ferait mieux de se faire discret sur la politique belge, qu'il a désertée pour un portefeuille européen prestigieux. Il n'est plus l'heure de donner son avis sur le sujet, mais je serai intéressé de lire tout ce qu'il aura à dire sur le sujet européen qui l'occupe désormais.

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 28 novembre 2019, 10:06

    Mais quelle est, de l'éditorial de lundi de M. Demonty à l'interview de Didier Reynders cette étrange amnésie, sélective. Comment M. Demonty et aujourd'hui M. Reynders (à plus forte raison pour le second directement aux commandes) peuvent ils dire qu'il faut absolument une majorité avec une majorité en Flandre, alors que l'un et l'autre n'ont rien trouvé à redire en 2014 où les francophones se sont retrouvé sous les 25% de représentation dans le gouvernement fédéral. Il existe un étrange réflex belgicain francophone qui incite à se considérer en citoyens de secondes zones. Et seraient dignes d'être dûment représentés les Flamands et ne le seraient pas les Francophones. L'Histoire incite pourtant lourdement à la prudence quand on fait le choix du déshonneur!

Plus de commentaires

Aussi en Élections 2019

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs