Radja Nainggolan revient sur son éviction des Diables rouges: «L’explication de Martinez n’avait aucun sens» (vidéo)

©Photonews
©Photonews

Radja Nainggolan évolue à Cagliari depuis le début de cette saison. Un retour aux sources qui se passe plutôt bien sportivement pour le joueur, avec trois buts et quatre assists. De quoi notamment porter le club à la 4e place de la Serie A. Une performance qui aurait pu sans doute rendre le milieu de terrain sélectionnable pour l’Euro 2020. Sauf que Nainggolan n’y sera pas, puisqu’il a pris sa retraite internationale l’année passée et se tient à sa décision.

« C’est une décision réfléchie. Ça a duré trop longtemps. Si on a tiré trop longtemps sur un cordon, il brisera à un certain moment. Et ça s’est brisé », commente-t-il dans un long entretien pour Eleven Sport. Et un éventuel départ de Roberto Martinez ne lui fera sûrement pas changer d’avis.

Ce lien avec les Diables rouges, il a été brisé lorsque le tacticien espagnol a décidé de ne pas le reprendre pour la Coupe du monde en Russie. « Martinez avait-il peur que tu te comportes différemment si tu restais sur le banc ? », lui demande le journaliste. « C’est comme ça qu’il me l’a expliqué », réagit le « Ninja », qui reproche un manque de personnalité au sélectionneur national. « J’ai dû lui demander 10 fois de venir à Rome me le dire en face. Il m’a dit qu’il ne pouvait pas me donner le même rôle qu’à la Roma. Alors que je sortais d’une demi-finale de Ligue des champions. Cette explication a peu de valeur selon moi. Je n’ai jamais demandé une place de titulaire. Je suis absolument convaincu que j’avais ma place dans la sélection. Il ne le pensait pas alors pour moi c’était fini. Son explication n’avait aucun sens. »

Nainggolan regrette également de ne pas être respecté en Belgique, contrairement à l’Italie. « J’ai fait de bonnes qualifications, un bon Euro et on me remarquait plus souvent en Belgique. Mais je ne sais pas si je me suis toujours senti accepté. Les gens pensaient que c’était moi le problème car je ne jouais pas avec Wilmots et pas non plus avec Martinez. Demandez à n’importe quel joueur si j’ai déjà causé des problèmes en équipe nationale. J’apportais de l’humour dans le groupe, je participais aux activités avec le groupe. Les entraîneurs avaient peut-être des préférences, et je n’en faisais pas partie. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

  3. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite