Radja Nainggolan revient sur son éviction des Diables rouges: «L’explication de Martinez n’avait aucun sens» (vidéo)

©Photonews
©Photonews

Radja Nainggolan évolue à Cagliari depuis le début de cette saison. Un retour aux sources qui se passe plutôt bien sportivement pour le joueur, avec trois buts et quatre assists. De quoi notamment porter le club à la 4e place de la Serie A. Une performance qui aurait pu sans doute rendre le milieu de terrain sélectionnable pour l’Euro 2020. Sauf que Nainggolan n’y sera pas, puisqu’il a pris sa retraite internationale l’année passée et se tient à sa décision.

« C’est une décision réfléchie. Ça a duré trop longtemps. Si on a tiré trop longtemps sur un cordon, il brisera à un certain moment. Et ça s’est brisé », commente-t-il dans un long entretien pour Eleven Sport. Et un éventuel départ de Roberto Martinez ne lui fera sûrement pas changer d’avis.

Ce lien avec les Diables rouges, il a été brisé lorsque le tacticien espagnol a décidé de ne pas le reprendre pour la Coupe du monde en Russie. « Martinez avait-il peur que tu te comportes différemment si tu restais sur le banc ? », lui demande le journaliste. « C’est comme ça qu’il me l’a expliqué », réagit le « Ninja », qui reproche un manque de personnalité au sélectionneur national. « J’ai dû lui demander 10 fois de venir à Rome me le dire en face. Il m’a dit qu’il ne pouvait pas me donner le même rôle qu’à la Roma. Alors que je sortais d’une demi-finale de Ligue des champions. Cette explication a peu de valeur selon moi. Je n’ai jamais demandé une place de titulaire. Je suis absolument convaincu que j’avais ma place dans la sélection. Il ne le pensait pas alors pour moi c’était fini. Son explication n’avait aucun sens. »

Nainggolan regrette également de ne pas être respecté en Belgique, contrairement à l’Italie. « J’ai fait de bonnes qualifications, un bon Euro et on me remarquait plus souvent en Belgique. Mais je ne sais pas si je me suis toujours senti accepté. Les gens pensaient que c’était moi le problème car je ne jouais pas avec Wilmots et pas non plus avec Martinez. Demandez à n’importe quel joueur si j’ai déjà causé des problèmes en équipe nationale. J’apportais de l’humour dans le groupe, je participais aux activités avec le groupe. Les entraîneurs avaient peut-être des préférences, et je n’en faisais pas partie. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • 10852206-044

    Par Benjamin Helson

    Charleroi

    Charleroi-Malines reporté: Mehdi Bayat espère faire réviser la règle

  • PHOTONEWS_10841091-042

    Par Didier Schyns

    Standard

    Standard: Moussa Sissako pour relayer Dimitri Lavalée

  • SOCCER JPL D23 CERCLE BRUGGE VS ANDERLECHT (2)

    Par Stéphane Vande Velde

    Anderlecht

    D1A: un succès miraculeux pour Anderlecht au Cercle

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite