Destitution: l’ambassadeur Sondland qui a témoigné contre Trump accusé de comportements sexuels inappropriés

Destitution: l’ambassadeur Sondland qui a témoigné contre Trump accusé de comportements sexuels inappropriés
AFP

Trois femmes accusent l’ambassadeur américain Gordon Sondland d’avoir eu des comportements sexuels inappropriés envers elles, dans un article publié mercredi, une semaine après l’audition au Congrès de ce témoin-clé de l’enquête en destitution contre Donald Trump.

► «La défense de Donald Trump a explosé»: la presse américaine décrypte le témoignage de Sondland

«Ces fausses allégations sur des attouchements et des baisers contraints sont fabriquées et coordonnées pour des motivations politiques», a réagi le diplomate cité dans l’enquête publiée simultanément par le site Propublica et le magazine régional Portland Monthly.

Les trois femmes, citées nommément dans l’article, rapportent avoir subi des représailles après avoir repoussé ce riche homme d’affaires, nommé ambassadeur auprès de l’Union européenne à la suite d’un don d’un million de dollars à la cérémonie d’investiture de Donald Trump.

L’une d’elle assure avoir rencontré M. Sondland, qui possède un groupe hôtelier, il y a seize ans pour lui demander d’investir dans un de ses projets. Une autre travaillait pour une compagnie d’assurance qui avait un contrat avec lui. La dernière cherchait un emploi. Les trois assurent qu’il a tenté de les embrasser de force et s’est livré à des attouchements dans ce cadre professionnel entre 2003 et 2008.

Leurs témoignages s’inscrivent dans le sillage du mouvement #MeToo de dénonciation des abus sexuels commis par des hommes de pouvoir et interviennent alors que Sondland a été projeté sur le devant de la scène politique par l’affaire ukrainienne.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Daunte Wright est mort dimanche des suites d’un coup de pistolet tiré à bout portant, dans l’abdomen, par une policière qui a confondu son taser et son arme de poing.

    Mort de Daunte Wright: une culture du maintien de l’ordre toujours sur la sellette

  • Bill Deutsch, propriétaire du café-bar Holy Spirit Espresso à Santa Fe, se réjouit du lent retour à la normalité.

    Par Daniel Friedrich Sturm (Die Welt)

    Lena

    Le Nouveau-Mexique vaccine plus vite que son ombre

  • Le président Joe Biden, flanqué de l’Attorney general Merrick Garland, lors de son exposé sur le contrôle ds armes à feu, jeudi à la Maison-Blanche.

    Etats-Unis: Joe Biden proclame de modestes mesures sur le contrôle des armes à feu

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous