Coupe du monde de hockey: la Belgique défendra son titre mondial à nouveau dans le stade de Bhubaneswar

©Photonews
©Photonews

À leur grand regret, les Red Lions savaient depuis quelques semaines qu’ils ne défendraient pas leur titre mondial de hockey dans trois ans devant leur public belge. Renvoyant aux oubliettes la candidature de la Belgique pour la prochaine Coupe du monde messieurs, la fédération internationale de hockey (FIH) a en effet décidé début novembre d’à nouveau organiser l’événement en Inde, du 13 au 29 janvier 2023. Restait à connaître le lieu d’accueil, et sans surprise c’est à nouveau Bhubaneswar et son Kalinga Stadium que la fédération indienne a désigné mercredi comme ville hôte principale. Une deuxième cité de la province d’Odisha, Rourkela, accueillera lui aussi certaines rencontres.

Il y a presque un an – le 16 décembre 2018 – la Belgique décrochait avec son équipe de hockey masculine son tout premier titre mondial dans un sport collectif. Cela se passait en Inde, déjà au Kalinga Stadium de Bhubaneswar, en battant en finale les Pays-Bas 3-2 lors d’une séance de shoot-outs digne des meilleurs thrillers, après un nul 0-0 au terme du temps réglementaire.

Mercredi soir, dans la même enceinte noire de monde, le ministre des sports de la province d’Odisha, principal partenaire de l’organisation du Mondial, a annoncé que Bhubaneswar et Rourkela seraient les deux villes hôtes de la prochaine Coupe du monde messieurs, en janvier 2023. Pour la première fois donc dans l’histoire du hockey, un Mondial sera organisé à deux reprises successivement dans un même pays, et dans un même lieu.

Si la cité des temples n’a plus trop de secrets pour les Red Lions, qui y sont restés durant un mois en 2018 (ainsi qu’en 2017 lors de la finale de World League), Rourkela constituera une découverte pour les Belges, si du moins ils sont appelés à y jouer. Situé à quelque 300 km au nord de Bhubaneswar, il faut néanmoins compter 9 heures de bus pour rejoindre les deux cités, vu la densité de la circulation. Selon les observateurs, un quart des rencontres du Mondial devrait s’y disputer, dans un stade existant, mais qui sera totalement rénové.

Des déplacements et accommodations problématiques en vue donc pour le futur staff technique des Red Lions, qui, tenants du titre, ne sont pourtant pas assurés de faire partie des 16 nations qui se disputeront le trophée en 2023. Ils devront pour cela être à nouveau sacrés champions d’Europe en 2021 ou remporter en 2022 un barrage de qualification en match aller-retour contre un adversaire vraisemblablement moins bien positionné qu’eux au classement mondial.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite