La moitié des produits contrefaits arrivent en Belgique par colis

La valeur économique totale de ces marchandises dépassait cette année les 19 millions d'euros, alors qu'on était encore à 30 millions l'an dernier. Cette baisse est due à la disparition progressive du trafic de cigarettes d'imitation. La plupart des produits contrefaits sont des jouets ou des vêtements. Soixante-quatre pour cent proviennent de Chine et 22% de Hong Kong.

Ces imitations ne sont pas sans danger. "Elles contiennent souvent des matières toxiques qui sont dangereuses pour la santé", explique Karen Ghysels du centre européen pour le consommateur (ECC). "Ou alors la sécurité n'est pas garantie. Un jouet peut perdre de petites pièces qui peuvent être dangereuses pour un enfant en bas âge, un hoverboard de pacotille peut s'embraser... Nous conseillons au consommateur de réfléchir à son achat: qui est le vendeur? Est-ce que le prix n'est pas trop bas? Comment se présente le produit?".

En outre, le consommateur achetant un produit contrefait risque une amende pour ne pas avoir respecté le droit à la propriété intellectuelle. Il doit aussi s'acquitter des frais liés à la destruction du bien saisi.

La traque des concepteurs est quant à elle presque mission impossible. "Ils sont à l'étranger et difficiles à localiser", explique Kristian Vanderwaeren, de l'administration générale des Douanes et accises. "Nous nous concentrons sur les sites internet vendant de tels produits, mais dès qu'un site est fermé, un autre ouvre ailleurs."

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  2. @News

  3. PHOTONEWS_10852191-011

    Coronavirus: que faire si l’on a des symptômes?

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite