Euro 2020: le président de l’UEFA Aleksander Ceferin exprime sa confiance en Saint-Pétersbourg

©Photonews
©Photonews

Aleksander Ceferin, le président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), est confiant quant au fait que Saint-Pétersbourg pourra accueillir quatre rencontres de l’Euro 2020 de football, a-t-il déclaré mercredi à l’agence de presse TASS au terme d’une rencontre avec le président russe Vladimir Poutine.

Ceferin a également souligné l’organisation sans faille de la dernière Coupe du monde. Lors de l’Euro 2020, organisé pour la première fois à travers tout le continent, Saint-Pétersbourg doit accueillir trois rencontres de la phase de poules ainsi qu’un quart de finale. Les Diables rouges sont déjà assurés de s’y produire à deux reprises dans le groupe B, contre le pays hôte et une autre nation encore à définir.

Plus tôt, l’Agence mondiale antidopage (AMA) avait confirmé que la Russie, malgré une probable nouvelle suspension liée à un vaste réseau de dopage, ne devait pas s’inquiéter quant à l’organisation des matches de l’Euro sur son sol. « Ce n’est pas un événement mondial ni un championnat du monde », a brièvement expliqué un porte-parole de l’AMA. La finale de la Ligue des champions 2021, prévue également au stade Krestovski, n’est pas non plus remise en cause.

Poutine a préféré souligner l’aspect sportif de ces rencontres organisées dans la deuxième ville du pays. « Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour ne pas laisser tomber les supporters et les joueurs », a déclaré le président russe. « Cet Euro sera très spécial pour nous car la première édition (1960, ndlr) a été remportée par l’Union soviétique il y a près de 60 ans. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le carnaval d’Alost suscite à nouveau la polémique.

    Carnaval d’Alost: le gouvernement israélien entre dans la polémique

  2. «
Le racisme est un poison, la haine est un poison. Et ce poison existe dans notre société
», a déploré la chancelière Angela Merkel, jeudi matin à Berlin.

    Double fusillade en Allemagne: un terrorisme qui vise la guerre civile

  3. Air connu
: «
La norme sociale est défaillante en Belgique. Les conducteurs ont trop tendance à se vanter de rouler vite. L’image de la vitesse au volant est trop positive
».

    Le Belge est toujours addict à la vitesse

La chronique
  • Le vert est dans le fruit

    Le pangolin, une race menacée d’extinction par la chasse que lui livrent frénétiquement les amateurs de ses étranges écailles, a trouvé la parade : le coronavirus. Brave petit mammifère qui serait à l’origine de l’épidémie.

    De son côté, la tomate elle aussi en a marre que les humains la mettent à toutes les sauces. En réaction, elle a développé elle aussi un virus, le BRFV, qui décolore les fruits, les déforme et les couvre de marbrure. Ce germe ne serait pas transmissible à l’homme. Mais qui aurait envie de croquer dans une tomate qui a l’aspect d’un zombie ?

    Dans les forêts, les scolytes (espèces de coléoptères) sont à leur tour devenus fous. Eux qui ne s’attaquaient qu’au bois mort s’en prennent désormais aux arbres vivants – notamment aux épicéas wallons – réaction, paraît-il, au réchauffement climatique.

    La nature devient folle, voilà enfin une explication scientifique au mal qui a atteint aussi les démocraties et les...

    Lire la suite

  • Parce que le racisme tue…

    A ceux qui se demanderaient pourquoi développer des plans de lutte contre le racisme, pourquoi réguler les propos haineux, pourquoi s’indigner, condamner et aussi poursuivre ceux qui stigmatisent l’autre, le traitent comme un inférieur, à ceux qui s’étonnent qu’on ne trouve pas drôles les saluts nazis ou les caricatures antisémites fussent-ils servis en plat de résistance dans un restaurant ou sur un char dans un cortège, l’Allemagne apporte, hélas à nouveau,...

    Lire la suite