Euro 2020: le président de l’UEFA Aleksander Ceferin exprime sa confiance en Saint-Pétersbourg

©Photonews
©Photonews

Aleksander Ceferin, le président de l’Union des associations européennes de football (UEFA), est confiant quant au fait que Saint-Pétersbourg pourra accueillir quatre rencontres de l’Euro 2020 de football, a-t-il déclaré mercredi à l’agence de presse TASS au terme d’une rencontre avec le président russe Vladimir Poutine.

Ceferin a également souligné l’organisation sans faille de la dernière Coupe du monde. Lors de l’Euro 2020, organisé pour la première fois à travers tout le continent, Saint-Pétersbourg doit accueillir trois rencontres de la phase de poules ainsi qu’un quart de finale. Les Diables rouges sont déjà assurés de s’y produire à deux reprises dans le groupe B, contre le pays hôte et une autre nation encore à définir.

Plus tôt, l’Agence mondiale antidopage (AMA) avait confirmé que la Russie, malgré une probable nouvelle suspension liée à un vaste réseau de dopage, ne devait pas s’inquiéter quant à l’organisation des matches de l’Euro sur son sol. « Ce n’est pas un événement mondial ni un championnat du monde », a brièvement expliqué un porte-parole de l’AMA. La finale de la Ligue des champions 2021, prévue également au stade Krestovski, n’est pas non plus remise en cause.

Poutine a préféré souligner l’aspect sportif de ces rencontres organisées dans la deuxième ville du pays. « Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour ne pas laisser tomber les supporters et les joueurs », a déclaré le président russe. « Cet Euro sera très spécial pour nous car la première édition (1960, ndlr) a été remportée par l’Union soviétique il y a près de 60 ans. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Il a égalisé d’une volée magistrale. @Belga

    Par Vincent JOSÉPHY

    Division 1A

    FC Bruges: Vanaken déjà candidat au trophée du but de l’année

  • @Belga

    Par Stéphane Vande Velde

    Anderlecht

    Face à Bruges, Anderlecht n’y arrive plus

  • @News

    Par Jonas Bernard (avec J.N.)

    Anderlecht

    Anderlecht-Bruges (1-2): Antoine Colassin, une première presque rêvée

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS GOVERNMENT KING RECEIVES INFORMERS

    Coalition fédérale: les informateurs au Palais ce lundi sans avancée

  2. Avec ses 215 millions d’hectares de forêt et 36 millions d’hectares de terres boisées, l’Europe (ici au Portugal, l’été passé) pourrait, disent certains, connaître aussi ses «
méga-feux
». © Reuters/Rafael Marchante

    Le réchauffement accroît les risques d’incendies aussi en Europe

  3. Douze pays étaient représentés pour chercher une issue pacifique à cette guerre : Russie, Egypte, Turquie, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Arabie Saoudite, Emirats arabes Unis, Congo, Qatar, Algérie, Italie et France ainsi que les deux belligérants libyens.

    Accord très fragile pour une paix durable en Libye

La chronique
  • Harry et Meghan, les papes et Vincent Kompany: les gagnants et les perdants de la semaine

    Les gagnants

    Harry et Meghan

    Une grand-mère comme Elizabeth, tout le monde en rêve ! Le conseil de famille convoqué en urgence et à huis clos dans un château de la famille royale devait tourner à la curée pour Harry et Meghan, les princes rebelles. Eh bien, nenni, comme on ne dit pas au Royaume-Uni : la Reine s’est montrée très large d’esprit et en définitive bien de son temps. De ce que l’on en sait en tout cas, et on ne sait pas forcément tout.

    Les congrès politiques

    Avez-vous vu ça ? Samedi dernier à Namur, les petites mains du CDH ont ajouté des chaises dans tous les coins disponibles pour permettre aux militants d’écouter Maxime Prévot à l’aise. Et le lendemain à Wavre, il aurait fallu un chausse-pied pour faire rentrer les fidèles du MR dans la salle où Georges-Louis...

    Lire la suite

  • Exclusion de Kir: au PS, fini de biaiser

    Emir Kir exclu du PS ! Le parti socialiste n’a pas esquivé cette fois, ni biaisé. Après six heures de discussion, la décision a été prise de sanctionner et non plus de comprendre ou d’excuser des comportements des élus en contradiction avec ses valeurs. Et cela quel que soit le poids de l’élu qui a dérapé. Emir Kir – qui rappelons-le peut faire appel d’une décision qu’il trouve totalement injuste –, ne bénéficie donc plus de la protection dont il a pu jouir dans le passé.

    Son bouclier de...

    Lire la suite