La part de la Belgique dans le budget de l’Otan revue à la hausse de 3,5 millions par an

La part de la Belgique dans le budget de l’Otan revue à la hausse de 3,5 millions par an
Belga

Le pourcentage de la Belgique dans le budget total de l’Otan est passé de 1,95 % à 2,10 %, a-t-on appris jeudi de sources diplomatique et gouvernementale. Sur la période 2021-2024, cela représente 3,5 millions d’euros en plus pour le pays chaque année. Les pays membres de l’Otan sont parvenus à un accord qui permet aux Etats-Unis de réduire leur contribution au budget de fonctionnement de l’Alliance. La France refuse toutefois de participer à l’effort demandé, ont annoncé jeudi plusieurs responsables de l’Alliance.

Les Etats-Unis paient actuellement 22,1 % du budget de l’Otan --qui s’élève à 2,5 milliards de dollars (2,37 milliards d’euros) en 2019 -- et l’Allemagne 14,7 %, selon une formule fondée sur le revenu national brut de chaque pays. La France contribue pour 10,5 % du budget.

L’accord scellé jeudi permet aux Etats-Unis de réduire leur contribution à 16,35 % du total. L’Allemagne portera la sienne au même niveau, et les autres alliés, dont la Belgique, acceptent de payer davantage. La modification des clés de répartition financière au sein de l’Otan (pour les trois budgets : civil, militaire et infrastructures) impliquera ainsi pour la Belgique un coût annuel de 3,5 millions d’euros, provenant des Affaires étrangères et de la Défense (et largement imputables aux « dépenses de défense » dans le calcul fait par l’Otan).

Le refus de la France de s’associer à cet accord a cependant contraint les autres alliés à revoir la clef de répartition de l’effort, ont expliqué des responsables de l’Alliance.

Les 29 pays de l’Otan s’étaient engagés en 2014 à porter leurs dépenses pour la défense à 2 % de leur PIB à l’horizon 2024. Huit sont à ce niveau de dépenses en 2019 : les Etats-Unis, la Grèce, l’Estonie, la Lituanie, la Lettonie, le Royaume-Uni, la Roumanie et la Pologne. La France assure qu’elle atteindra l’objectif en 2025 mais l’Allemagne est, elle, à la traîne. Elle s’engage à l’atteindre « au début de la décennie 2030 ». Son budget pour la défense a été augmenté et devrait se monter à 50,3 milliards d’euros en 2020, soit 1,42 % de son PIB.

Macron «assume totalement» ses propos sur la «mort cérébrale» de l’Otan

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BELGIUM-POLITICS-GOVERNMENT-ROYALS-G59FB9OEQ.1

    Coalition fédérale: PS et N-VA ne se rapprochent pas mais ne se quittent plus

  2. Sophie Dutordoir, CEO de la SNCB, et son homologue autrichien Andreas Mattha ont célébré ce lundi l’arrivée du premier train de nuit reliant Vienne et Bruxelles.

    Retour des trains de nuit en Belgique: une solution du passé pour l’avenir ?

  3. «
Le Mercosur vend l’Amazone
», dénonçaient des opposants à l’accord lors d’une manifestation devant l’ambassade du Brésil en Belgique en août dernier.

    Unanimité wallonne contre le traité Mercosur

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite